UEFA : Le retour des tribunes debout en coupes d'Europe, « une victoire colossale » pour les supporters

FOOTBALL Le comité exécutif de l’UEFA a approuvé, mercredi, le retour des tribunes debout dans ses compétitions européennes pour la saison à venir dans trois pays, l’Angleterre, l’Allemagne et la France

Aymeric Le Gall
— 
Grâce à la décision de l'UEFA, le
Grâce à la décision de l'UEFA, le — Ina Fassbender / AFP
  • Le comité exécutif de l’UEFA a annoncé le retour des tribunes debout dans ses compétitions européennes 2022-2023 en Angleterre, en Allemagne et en France.
  • Cette décision a été rendue possible grâce au travail de l’association Football Supporters Europe, qui milite depuis sa création pour le retour des tribunes debout.
  • La saison 2022-2023 fera office de test avant d’étendre éventuellement le dispositif à tous les pays européens.

La saison 2022-2023 n’a pas encore débuté que les supporters sabrent déjà le champagne et craquent leurs premiers fumigènes. En effet, le comité exécutif de l’UEFA a approuvé, mercredi, le retour des tribunes debout dans ses compétitions européennes pour la saison à venir, et ce dans trois pays, l’Angleterre, l’Allemagne et la France. Deux autres pays (l’Italie et l’Espagne) auraient pu bénéficier de cette mesure mais aucune équipe qualifiée en Coupe d'Europe n’avait de stade adapté à la configuration debout. En France, cette mesure concerne le  Parc des Princes , qui faisait partie du programme d’expérimentation mis en place par la LFP ces dernières années, et la Beaujoire de Nantes, dont la tribune Loire est considérée comme une tribune debout selon les critères de l'UEFA. 

Cette décision historique est le résultat d’un immense travail de lobbying mené depuis de nombreuses années maintenant par les associations de supporters, Football Supporters Europe en tête, qui avait fait de cette question l’un de ses chevaux de bataille, auprès de l’instance européenne. Pour Ronan Evain, le directeur exécutif de FSE, ce n’est ni plus ni moins qu’« une victoire colossale pour les tribunes européennes ». « La FSE salue cette décision comme une étape logique et positive vers une réévaluation complète de la politique multiplace de l’UEFA », peut-on lire dans le communiqué de l’association publié mercredi.


Instaurée dans les années 90 pour répondre à un besoin de sécurité, l’interdiction des tribunes debout était finalement devenue obsolète aux fils des années avec la modernisation des stades, comme l’explique Ronan Evain. « C’est une avancée historique et légitime parce que la position de l’UEFA ne reposait pas sur des éléments objectifs, c’était une conséquence des catastrophes des années 80, sauf que les stades ont changé, la sécurisation des stades aussi, donc cette position paraissait de plus en plus absurde. »

Une saison-test

D’autant qu’entre-temps, certains pays comme l’Allemagne, la Suède, la Norvège et l’Autriche avaient fait le pari de maintenir des portions de stades où les supporters pouvaient se tenir debout pour encourager leur équipe. Ces dernières années, l’Angleterre, l’Ecosse, les Pays Bas et la France ont eux aussi peu à peu revu leur position sur le sujet. « A partir du moment où ces grands pays de foot réintroduisaient les tribunes debout, la position de l’UEFA n’était plus tenable », avance Ronan Evain.

Une précision importante s’impose cependant : cette autorisation n’est pas un blanc-seing donné aux supporters des pays concernés puisqu’il ne s’agit là que d’une saison-test, comme l’a précisé le secrétaire général de l’UEFA, Theodore Theodoridis dans un communiqué : « L’objectif du programme est de permettre à l’UEFA d’observer l’utilisation normale d’une gamme d’installations debout différentes dans les pays participants d’Angleterre, de France et d’Allemagne, au cours de la saison à venir. Ces observations, réalisées par des experts indépendants, guideront les futures décisions de l’UEFA ».

A Chelsea, Stamford Bridge a été aménagé pour permettre le retour des tribunes debout en toute sécurité.
A Chelsea, Stamford Bridge a été aménagé pour permettre le retour des tribunes debout en toute sécurité. - ADRIAN DENNIS / AFP

Une « relation apaisée » entre l’UEFA et les supporters

Pour Ronan Evain, qui base son analyse sur sa propre expertise au sein de FSE ainsi que sur les travaux de l’Association nationale des supporters (ANS) et de la LFP au sein de l’Instance nationale du supportérisme, cette expérimentation est amenée à se pérenniser.

« Une fois que cette phase aura été menée, on a de bons espoirs pour que cela se développe partout où cela est possible lors des compétitions européennes. Car on sait par expérience, et selon les résultats de plusieurs études, que les tribunes debout n’ont pas d’effets négatifs sur la sécurité, c’est même plutôt le contraire, donc on peut imaginer qu’on se dirige vers une réintroduction progressive et généralisée. »

En effet, la mise en place dans les virages de sièges dotés de dossiers s’était avérée souvent plus dangereuse et propice aux accidents qu’autre choses, les supporters continuant à se tenir debout coûte que coûte. Mais concrètement, cela va donner quoi ? Si dans certains pays cette décision ne changera pas la capacité des stades, ce n’est pas le cas en Allemagne où les clubs étaient obligés de (re)passer en configuration assise lors des matchs européens et de perdre en capacité.

C’est par exemple le cas du Signal Iduna Park de Dortmund, qui passait de 81.365 places en Bundesliga à 66.099 en Ligue des champions ou Ligue Europa​. « Ça veut dire plus de monde dans les stades, donc potentiellement des billets moins chers et aussi une meilleure ambiance, il n’y a que du positif à en retirer », note le directeur exécutif de FSE, qui salue également « le développement d’une relation de travail plus apaisée et ambitieuse avec l’UEFA ». Pourvu que ça dure.