RC Lens : Vingt ans après, la tribune debout fait son grand retour au stade Bollaert

FOOTBALL Fini les sièges, la tribune Marek, fief du kop des supporters lensois à Bollaert, va retrouver son visage d’antan à partir du samedi 15 septembre…

Francois Launay

— 

Lens, le 9 mai 2014. Match comptant pour la 37e journee du championnat de ligue 2 de football qui opposait le RC Lens au stade brestois 29. Ici les supporters lensois etaient plus de 40.000 a assister a cette rencontre.
Lens, le 9 mai 2014. Match comptant pour la 37e journee du championnat de ligue 2 de football qui opposait le RC Lens au stade brestois 29. Ici les supporters lensois etaient plus de 40.000 a assister a cette rencontre. — M.Libert/20 Minutes
  • Rénové pour le Mondial 1998, le stade Bollaert avait été équipé de sièges dans toutes ses tribunes.
  • Vingt ans après, le club a eu le droit d’expérimenter cette année une tribune debout à l’endroit où se trouve le kop lensois.
  • Un souhait des supporters pour des raisons de sécurité mais aussi d’ambiance.

On vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Bollaert en ce temps-là était un chaudron dans lequel tout le monde se serrait debout pour encourager les Sang et Or. A cette époque, aucun siège n’existait dans la tribune Marek, antre du kop du RC Lens.

C’était avant 1998 et la rénovation du stade pour la Coupe du monde qui a vu l’arrivée obligatoire des places assises. Mais ce temps des tribunes debout qu’on croyait révolu va refaire surface ce samedi 15 septembre. A l’occasion du match de Ligue 2 contre Sochaux, le stade Bollaert va inaugurer sa tribune Marek privée de tous ses sièges. Pourquoi un tel revirement ?

Des sièges dangereux en termes de sécurité

« C’est un sujet sur lequel on a été interpellé la saison dernière par les groupes de supporters. Ils réclamaient le retour à une tribune debout. Car en Marek, même s’il y avait des sièges, les supporters se mettaient quand même debout. Et c’était très dangereux en termes de sécurité car ils étaient soit debout sur les sièges amovibles, soit entre deux sièges. Et puis, il n’y avait pas de garde-corps. Quand il y avait un but, les supporters étaient propulsés vers le bas de la tribune sans pouvoir être retenus », détaille Fabrice Wolniczak, directeur commercial et marketing du RC Lens.

Plus largement, si les supporters réclament ce retour à des places de bout depuis une quinzaine d’années, c’est la rénovation faite pour l’Euro 2016 qui a accéléré les choses et le mécontentement. « Les sièges étaient inadaptés et même dangereux car un dossier avait été rajouté. Les gens se coinçaient souvent les pieds. Et du coup, beaucoup de gens préféraient rester en haut de la tribune pour des raisons de sécurité », explique Pierre, supporter lensois membre des Red Tigers.

Devant ce constat sécuritaire, le club décide d’interpeller la Ligue de football professionnel et le ministère des sports pour demander un retour à la tribune debout. Après discussion et réflexion, les pouvoirs publics donnent leur accord début juillet pour expérimenter ces places debout dès cette saison 2018/2019 dans quatre stades français : Lens donc mais aussi Saint-Etienne,​ Amiens et Sochaux.

144 garde-corps installés

Le Racing débloque alors 300.000 euros pour différents travaux : le retrait des 4.162 sièges de la tribune Marek, la pose de 144 garde-corps pour retenir les supporters en cas de mouvement de foule ou encore l’installation d’un dispositif anti-envahissement de terrain.

S’il n’y a plus de sièges, cela ne veut pas dire pour autant que les supporters pourront être plus nombreux dans la Marek. 4.162 personnes (ce qui correspond exactement au nombre des sièges retirés) et pas une de plus pourront venir remplir cette tribune debout. Au-delà de l’aspect argumentaire, ce retour vers le passé en fait déjà frissonner certains.

« Tout ça va faire monter l’ambiance encore d’un cran »

« Il y a beaucoup de supporters actuels qui n’ont jamais connu une tribune debout à Bollaert. Ça fait renaître un mythe et c’est vachement fort pour eux. Il y a une vraie émotion. Et puis, ça va rendre Bollaert encore plus festif. Par exemple, les tambours vont se réorganiser au centre de la tribune pour avoir plus d’impact. Tout ça va faire monter l’ambiance encore d’un cran », pense Fabrice Wolniczak.

Si tout se passe bien, l’expérimentation d’un an pourrait durer et donner des arguments aux supporters des autres clubs qui vont scruter attentivement ce retour au bon vieux temps.