Rébellion: Le RC Lens prévient les autorités que ses fans vont se déplacer à Metz malgré l’interdiction

FOOTBALL Les supporters de foot en ont ras le bol des interdictions de déplacement…

A.L.G. avec AFP

— 

Les supporters décident de plus en plus de ne plus respecter les arrêtés préfectoraux.
Les supporters décident de plus en plus de ne plus respecter les arrêtés préfectoraux. — M.LIBERT/20 MINUTES

Le RC Lens (L2) a indiqué mercredi que des supporters comptent se rendre au match à Metz la semaine prochaine alors qu’un arrêté préfectoral interdit pourtant leur présence aux abords du stade.

« C’est leur droit de se sentir lésés par cette décision, c’est notre devoir de les entendre et de les alerter sur les risques. Comme il est de notre responsabilité d’informer les autorités compétentes sur l’intention de nombreux supporters (on en évoque 300/400) de se déplacer quand même à Metz », a souligné Fabrice Wolniczak, dirigeant lensois notamment en charge des relations avec les supporters, sur le site internet du club.

Mardi, la préfecture de Moselle avait publié un arrêté pour interdire la présence de fans Sang et Or près du stade Saint-Symphorien pour ce choc de la sixième journée de Ligue 2 entre les deux leaders du championnat, prévu le samedi 1er septembre à 15h00.

Lens cherche une conciliation

« Le Racing Club de Lens (…) prend acte de la décision d’interdire l’accès et la circulation de ses supporters » et « ne peut que conseiller à ses fidèles supporters de respecter cet arrêté préfectoral », avait indiqué le club dans un communiqué mardi soir.

« Le club souhaite proposer une réunion de travail avec toutes les parties afin que nos supporters et supportrices puissent à l’avenir vivre leur passion et soutenir leur équipe dans un climat plus approprié », concluait le RCL.

La préfecture de Moselle a justifié sa décision en évoquant notamment « le contentieux récurrent opposant les supporters ultras des deux clubs ayant conduit à la prise de plusieurs arrêtés préfectoraux lors des dernières rencontres » et les « graves incidents ayant émaillé l’avant-match, la rencontre elle-même, puis l’après match lors des dernières confrontations à Metz et à Lens ».