RC Lens: «On trouve ça injustifié», 500 supporters lensois iront à Metz malgré l’interdiction

INTERVIEW Un arrêté préfectoral interdit aux supporters lensois de se déplacer samedi à Metz. Pierre, l’un des responsables du groupe de supporters le plus important du RCL, explique pourquoi ils vont braver l’interdit…

Francois Launay

— 

Lens, le 5 fŽvrier 2011. Match comptant pour la 22me journŽe du championnat de ligue 1 de football opposant le RC Lens (RCL) au Valenciennes FC (VAFC) au stade FŽlix Bollaert de Lens. Ici les supporters lensois.
Lens, le 5 fŽvrier 2011. Match comptant pour la 22me journŽe du championnat de ligue 1 de football opposant le RC Lens (RCL) au Valenciennes FC (VAFC) au stade FŽlix Bollaert de Lens. Ici les supporters lensois. — M.LIBERT/20 MINUTES
  • L’interdiction de déplacement des Lensois repose sur le contentieux qui existe entre supporters des deux clubs depuis 1998, année où le Racing a remporté le championnat au détriment de Metz.
  • « On nous parle de rivalité avec les Messins. Elle existe mais elle ne se déroule qu’en tribune », réagit Pierre, un des responsables des Red Tigers.
  • Les supporters messins vont aider leurs homologues à accéder au stade. « On va démontrer qu’on n’est pas des brutes sauvages comme l’arrêté préfectoral veut le faire croire aux gens. »

Ils vont braver l’interdit. Samedi après-midi, environ 500 supporters du RC Lens vont faire le déplacement à Metz pour venir encourager leur équipe dans ce choc au sommet entre les deux premiers de Ligue 2. Mais il y a un hic : publié il y a une dizaine de jours par la préfecture de Moselle, un arrêté interdit aux supporters sang et or de faire le déplacement.

La raison principale de cette décision : le contentieux qui existe entre supporters des deux clubs depuis 1998, année où le Racing a remporté le championnat au détriment des Lorrains. Lassés de ces interdictions de déplacement qui se multiplient partout en France, certains fans Sang et Or vont passer outre l’interdiction malgré la demande du club lensois de le respecter. Pierre, l’un des responsables des Red Tigers, groupe de supporters le plus important du RC Lens, nous explique les motivations des fans lensois.

Quel est le sens de votre démarche ?

On veut dénoncer le manque de concertation par rapport à cet arrêté. On a été surpris car il n’y a eu aucune communication avant la publication. Et puis, on nous a donné des arguments grotesques. Cette semaine, la préfecture et le club ont beaucoup discuté. Le RC Lens et les supporters s’engageaient à accepter des conditions drastiques comme un point de rendez-vous précis, un déplacement uniquement en bus, un nombre de supporters limité à 700, une liste nominative des personnes qui souhaitaient se déplacer. Et malgré ça, la préfecture est restée sur sa décision.

On nous parle de rivalité avec les Messins. Elle existe mais elle ne se déroule qu’en tribune. Il y a eu des incidents dans le passé mais qui n’ont concerné que 50 personnes au maximum. On sanctionne 1.000 personnes pour ça et on trouve ça injustifié. D’ailleurs, les supporters messins vont nous aider à aller au stade. On va démontrer qu’on n’est pas des brutes sauvages comme l’arrêté préfectoral veut le faire croire aux gens.

Vous prenez des risques en ne respectant pas cet arrêté ?

Non. Parce qu’on ne va pas afficher nos couleurs de supporters lensois. On va aller au stade en tant que citoyens et passionnés de football. On sera là en tant que simples spectateurs et on va se déplacer de façon individuelle.

Que répondez-vous au RC Lens qui vous demande de ne pas vous déplacer ?

Le club est dans son rôle. Il a une responsabilité et il a fait les démarches nécessaires pour éviter que cet arrêté soit publié. Ils ont essayé de faire bouger la préfecture. On ne veut pas que le club soit mis en porte à faux par rapport à ça même s’ils pensent que cette décision est injustifiée.

Votre démarche s’inscrit-elle dans un ras-le-bol global des supporters français de plus en plus limités dans leurs déplacements ?

Oui. Tout ça témoigne d’un ras-le-bol général. Ce qu’on va faire samedi certains supporters l’ont déjà fait avant, d’autres vont le faire plus tard. Le but, c’est de montrer que quand on se concerte entre toutes les parties, on peut arriver à quelque chose. On n’est pas obligés d’être constamment dans la répression. Il y a de la prévention à faire et un dialogue qui peut être mis en place avant chaque déplacement dit dangereux. Mais on ne se déplace pas à Metz pour être virulents. Et si on doit faire marche arrière, on fera marche arrière. Le but c’est de montrer qu’on peut se déplacer de manière pacifique, peut-être avec des supporters adverses. On veut montrer qu’on aurait pu se déplacer sans le moindre souci.

>> A lire aussi : Le RC Lens prévient les autorités que ses fans vont se déplacer à Metz malgré l’interdiction