Premier League : Les clubs vont pouvoir tester le retour des tribunes debout dans leurs stades à partir de janvier

FOOTBALL Ces tribunes avaient été interdites en 1989 après la catastrophe d'Hillsborough

A.L.G. avec AFP
— 
Tout le monde debout, que la fête (re)commence !
Tout le monde debout, que la fête (re)commence ! — OLI SCARFF / AFP

L’autorité chargée de la sécurité dans les stades (SGSA) en Angleterre vient d’annoncer que les clubs de première et deuxième divisions anglaises (Premier League et Championship) pourront mettre en place à partir de janvier des tribunes où les supporteurs restent debout. Cela avait été interdit en 1989, après la catastrophe d'Hillsborough qui avait fait 97 morts après un mouvement de foule au tout début d’un match entre Liverpool et Nottingham Forest.

Il s’agira d’un programme de tests pour lequel les clubs doivent se porter candidats d’ici au 6 octobre. En cas d’autorisation, une portion de tribune pourra accueillir des supporteurs debout pour le reste de la saison. Une commission indépendante devra ensuite tirer les conclusions de cette expérimentation.

Un cahier des charges à respecter

La réintroduction de tribunes où les supporteurs peuvent rester debout faisait partie du programme des Conservateurs pour les législatives de 2019 et avait reçu le soutien de personnalités de tous bords politiques. « Nous avions clairement indiqué que nous travaillerions avec les supporteurs et les clubs pour introduire des places debout sûres dans les stades de football », a rappelé le ministre des Sports, Nigel Huddleston.

« Maintenant que les études préliminaires ont été effectuées et que les stades peuvent à nouveau opérer à pleine capacité dans le pays [après une saison à huis clos en raison du Covid], le moment est venu d’avancer » sur ce sujet, a-t-il ajouté.

Les clubs intéressés doivent toutefois remplir un certain nombre de critères. Les tribunes debout devront malgré tout permettre aux supporteurs de s’asseoir s’ils le souhaitent, elles ne devront pas gêner la vue d’autres supporteurs, notamment les personnes handicapées, et un code de bonne conduite pour les supporteurs devra être mis en place.