ASSE-OL : Les supporteurs lyonnais une nouvelle fois interdits de derby à Saint-Etienne après un arrêté préfectoral

FOOTBALL Le derby aller, programmé le 3 octobre (21 heures) dans le Chaudron, aura sans surprise lieu sans parcage lyonnais

Jérémy Laugier
— 
Les supporteurs lyonnais ont vécu leur dernier derby dans le Chaudron en novembre 2017, avec la fameuse claque historique (0-5).
Les supporteurs lyonnais ont vécu leur dernier derby dans le Chaudron en novembre 2017, avec la fameuse claque historique (0-5). — Jérémy Laugier/20 Minutes

Voir tomber un arrêté de la préfecture de la Loire ou de celle du Rhône, à une dizaine de jours de chaque derby entre l'ASSE et l’OL, est devenu une triste habitude depuis plusieurs saisons. A ce compte-là, la fameuse manita (0-5) infligée par des Lyonnais conduits par Nabil Fekir, le 6 novembre 2017, restera historique à plus d’un titre. Ce soir-là, des supporteurs lyonnais étaient bien présents au stade Geoffroy-Guichard. Cela ne sera malheureusement pas le cas le 3 octobre (21 heures) lors du derby aller.

La préfecture de la Loire vient de prendre ce jeudi un énième arrêté afin d’interdire tout déplacement de supporteur lyonnais dans le Chaudron, et ce du 3 au 6 octobre. Elle précise « qu’il existe une forte rivalité entre les groupes de supporteurs stéphanois et lyonnais ». Ah bon ? Selon elle, « des troubles graves à l’ordre public sont constatés à l’occasion de matchs opposant ces deux équipes ».

Les Stéphanois n’ont jamais mis un pied au Parc OL

Les précédents ne manquent pas en effet pour appuyer pareille décision, à commencer par les violents affrontements entre supporteurs des deux camps, en plein centre-ville de Lyon, à la veille du derby de février 2020 au Parc OL. La préfecture cite également des débordements lors des matchs des 5 février et 5 novembre 2017, tous deux disputés dans le Forez.

Il faut dire que pour trouver trace d’un déplacement de supporteurs stéphanois à Lyon, il faut remonter au 28 avril 2013, évidemment à Gerland et non au Parc OL. Les récents gros couacs constatés en Ligue 1 à Nice, Lens, et à un degré moindre à Angers et Metz mercredi, ne vont en rien pousser les préfectures à envisager un prochain derby en présence de Lyonnais et Stéphanois.