« J’aurais préféré qu’il vienne me voir », confie Mbappé, qui n’a pas trop goûté la sortie médiatique de Giroud

FOOTBALL L'attaquant français était particulièrement attendu en conférence de presse ce dimanche et, comme prévu, il a plus été question de Giroud que de l'Allemagne 

Aymeric Le Gall

— 

Kylian Mbappé a sacrément animé la conférence de presse, dimanche, à Clairefontaine.
Kylian Mbappé a sacrément animé la conférence de presse, dimanche, à Clairefontaine. — FRANCK FIFE / AFP

S’il est dans cet état de forme mardi contre les Allemands, nos amis d’Outre-Rhin peuvent déjà préparer les mouchoirs. Présent en conférence de presse à Clairefontaine ce dimanche, Kylian Mbappé se savait très attendu par les médias après l’épisode de la brouille avec Giroud après le match face aux pays de Galles. D’aucuns auraient été sur la défensive et auraient tenté de noyer le poisson mais, c’est bien connu, Kyky ne fait jamais rien comme les autres. A la place, il s’est livré à une explication de texte des plus détaillées.

Le Parisien aurait même aimé régler ça dès jeudi, deux jours après la sortie de l'attaquant de Chelsea au micro de la chaîne L’Equipe, mais Deschamps a mis son veto. « Il a décidé que le meilleur moment c’était aujourd’hui, j’ai obéi et me voilà », a-t-il déclaré en préambule, avant d’admettre sans détour que la décla de Giroud ne l’avait pas laissé indifférent. « C’est vrai que j’ai été un peu affecté par ça mais on ne va pas en faire toute une histoire, on est ici pour représenter l’équipe de France et c’est le plus important. On a une grande compétition à jouer et ce n’est pas des petites broutilles qui vont venir perturber notre préparation, on a un objectif commun, dont lui et moi faisons partie. »

Le linge sale, la famille et Giroud

En vérité, ce n’est pas tant que Giroud ait décidé de vider son sac qui a chatouillé le bolide de Bondy que le fait que ça se soit passé devant les caméras. On lave son linge sale en famille, tout ça, tout ça. « Je suis attaquant, il exprime un sentiment et ce sentiment de ne pas être servi, je l’ai déjà connu 365 fois par match, a-t-il confié. C’est plus le fait de le sortir publiquement. Je l’ai vu dans les vestiaires, je l’ai félicité pour ses buts et il ne m’a rien dit. Et après je l’apprends dans la presse… J’aurais préféré qu’il vienne me voir et limite qu’il soit plus virulent. Quand j’ai quelque chose à dire à quelqu’un dans le vestiaire, je vais lui dire, il n’y a aucun problème, mais ça reste dans les vestiaires. »

Mbappé a admis que l'entraînement de jeu à Clairefontaine s'était déroulé dans une ambiance un peu tendue.
Mbappé a admis que l'entraînement de jeu à Clairefontaine s'était déroulé dans une ambiance un peu tendue. - FRANCK FIFE / AFP

Relancé par un confrère sur  l’ambiance un brin pesante qui régnait lors de l’entraînement ouvert à la presse jeudi, le numéro 10 tricolore n’a pas cherché à nous la faire à l’envers, admettant dans un petit sourire que c’était effectivement « un peu tendu » et que de telles choses peuvent laisser des traces « s’il n’y a pas d’explications, si on laisse quelque chose comme ça dans l’air ». Or, explications il y a eu et il est grand temps de passer à autre chose.

« Je n’ai pas envie que cette préparation qui a bien commencé soit perturbée par ça, on n’a pas besoin de se mettre des bâtons dans les roues (…) D’ailleurs on est à 48h d’un match super important et je suis surpris que personne ne m’ait encore posé de questions sur le match pour l’instant (rires) ! », a-t-il lancé à son auditoire.

« Y’a pas de tension, tranquille ! »

Le journaliste de L’Equipe à l’origine de la question à Giroud qui a mis le feu au poulailler n’a pourtant pas lâché l’affaire, faisant remarquer à Mbappé – sans vraiment le dire – qu’il semblait être moins connecté au joueur de Chelsea qu’à celui du Real. « En gros tu sous-entends que je ne veux pas faire de passe à Giroud ?, lui a alors demandé Mbappé. Ça se respecte, c’est ton choix, mais moi je te dis que ce sont deux profils différents. » Il n’a d’ailleurs pas hésité à argumenter, histoire que les choses soient claires une bonne fois pour toutes.

« Si vous comparez le nombre de passes que je fais à Benzema ou à Neymar [avec le PSG] et à Giroud, c’est sûr que je ferai moins de passes à Olivier. Mais ça ne veut pas dire que je ne le regarde pas, c’est juste que son profil est différent. Karim vient décrocher à 40 m du but pour toucher des ballons là où Olivier reste devant la surface. Je pense que c’est un peu malsain [comme question] parce qu’on essaye de dire des choses sans les dire. » Assis à ses côtés sur l’estrade de l’auditorium du château, l’attaché de presse des Bleus a dû faire une drôle de tête après cet échange franc entre les deux hommes puisque Mbappé a tenu à le rassurer : « hé mais y’a pas de tension, tranquille ! Bon, question suivante (rires) ! ». En forme olympique, qu’on vous dit.