OL-ASSE : Dubois chambre Bouanga, Juninho célèbre avec les joueurs… Découvrez cinq histoires de cet haletant derby

FOOTBALL Certaines histoires de ce 121e derby entre Lyonnais et Stéphanois (2-1), le premier à huis clos, vous ont peut-être échappé dimanche soir

Jérémy Laugier

— 

Ici au duel avec Denis Bouanga, Léo Dubois n'a pas manqué de chambrer allégrement l'attaquant stéphanois en fin de match après son penalty manqué. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Ici au duel avec Denis Bouanga, Léo Dubois n'a pas manqué de chambrer allégrement l'attaquant stéphanois en fin de match après son penalty manqué. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK — AFP
  • L’OL a dû batailler pour l’emporter dimanche face à son rival stéphanois, surprenant dans le jeu (2-1).
  • Malgré le huis clos, ce 121e derby n’a pas manqué de piquant, comme en témoignent cinq histoires potentiellement passées inaperçues durant la soirée.
  • Du verre de vin de Rafael devant sa télévision à la photo de la famille OL avec Juninho en pièce maîtresse, 20 Minutes vous raconte d’autres facettes de ce choc régional.

Au Parc OL,

44-44, balle au centre. L’OL a profité du 121e derby de l’histoire dimanche pour symboliquement rattraper son rival stéphanois en nombre de succès obtenus, 69 ans après le premier affrontement régional. Cette passionnante édition, qui a vu Tino Kadewere renverser l’ASSE (2-1), a notamment connu cinq épisodes passés plus ou moins inaperçus.

Rafael, « forever gone »

Son tacle de maboule sur Yann M’Vila, suivi d’une interview d’une mauvaise foi légendaire pour contester son expulsion, a fait entrer Rafael dans la légende du derby il y a deux ans. Même s’il a rejoint cet été Basaksehir (Turquie), le latéral brésilien garde un vrai attachement pour l’OL, où il a passé cinq saisons. Dimanche soir, il s’est fendu sur Instagram d’un message tout en finesse en lien avec ce 121e Lyon-Sainté, accompagné d’un verre de vin. Etrangement, les supporters lyonnais le portent encore un peu plus haut dans leur cœur.

L’inscription « Allez les Verts » projetée… sur le Parc OL

L’agence de communication stéphanoise Lightlab.io réussit un joli coup de trolling dimanche soir. Selon TL7 Loire, le Parc OL, qui n’accueille que les staffs et les journalistes en raison du huis clos lié au Covid-19, a en effet été le théâtre sur sa partie extérieure d’une projection particulière, avant le derby, à savoir un cœur vert et la mention « Allez les Verts ».

Anthony Lopes fidèle aux Bad Gones

Gardien de l’OL en Ligue 1 depuis huit ans, Anthony Lopes est aussi resté très proche du virage nord lyonnais, où il se rendait très souvent avant de percer avec l’équipe professionnelle. Privé du soutien des groupes de supporters pour la première fois dans un derby à domicile, l’international portugais leur a adressé une dédicace en tenant l’écharpe des Bad Gones au moment d’entrer sur la pelouse dimanche soir. Cette écharpe a ensuite été accrochée aux filets de son but. Joël Bats, si tu nous regardes…

Dubois aux frontières du mème en chambrant Bouanga

Mettons-nous un instant à la place de Denis Bouanga. Déjà à l’origine dimanche du but contre son camp d’Anthony Lopes (0-1, 40e), l'attaquant stéphanois a une énorme opportunité de se faire pardonner un début de saison décevant, en bénéficiant d’un penalty cadeau en fin de match, après une main bête de Jean Lucas à la suite d’un contrôle raté.

Mais Denis Bouanga manque totalement sa frappe de la 88e minute, qui passe à côté du but de Lopes. Comme si cet échec n’était pas assez rude pour l’international gabonais, il a le droit dans la foulée au chambrage XXL de Léo Dubois, sorte de Keown (en plus soft) pour van Nistelrooy, vous avez la ref ? Les supporters de l’OL se déchaînent ensuite sur Twitter avec une capture d’écran du visage moqueur de leur latéral, qu’ils balancent à tout va à Denis Bouanga.

Juninho prend la pose avec les joueurs

La dernière fois qu’on a vu Juninho dans un tel état d’euphorie, c’était après l’exploit de Ligue des champions à Lisbonne contre Manchester City. Appelé par Anthony Lopes à l’issue du derby, le directeur sportif lyonnais vient sur la pelouse s’offrir une séance photo collector au milieu de nombreux joueurs, juste devant le virage nord désert, uniquement garni d’une immense banderole « Combattre et vaincre ».

A la vue des embrassades avec Lopes mais aussi Sinaly Diomandé, « Juni » reste très populaire dans le vestiaire. « C’est un clin d’œil à nos supporters », a confié le gardien lyonnais au sujet de ces photos prises avec l’ancien joueur phare d’un Lyon septuple champion de France. Une époque durant laquelle le Brésilien n’a jamais connu la moindre défaite face à l’ASSE.