De nombreux supporters appelaient au départ de Rudi Garcia. La Commanderie a été taguée.
De nombreux supporters appelaient au départ de Rudi Garcia. La Commanderie a été taguée. — B. Horvat / AFP

FOOTBALL

OM : « On avait honte de lui ! » A Marseille, le départ de Rudi Garcia a été vécu comme un « soulagement »

De nombreux supporters de l'OM ont salué le départ de Rudi Garcia de Marseille, en mai 2019. Le nouvel entraîneur de Lyon a laissé une mauvaise image dans les Bouches-du-Rhône

  • « Soulagés » : les supporters de Marseille ont affiché leur satisfaction après l’annonce du départ de Rudi Garcia, qui a entraîné l’OM pendant deux ans et sept mois.
  • Ils retiendront la finale de la Ligue Europa et la bonne saison 2017-18, mais ils estiment qu'il a trop souvent failli dans ses objectifs.

EDIT : A l'occasion de la nomination de Rudi Garcia à l'Olympique Lyonnais, nous vous proposons de (re)lire cet article rédigé après l'annonce de son départ de l'Olympique de Marseille, le 22 mai 2019.

Les South Winners ont fait les choses bien. Ils se sont posés au frais, ce mercredi après-midi, dans leur local de la Belle de Mai. Sur l’écran géant, le Facebook Live de la conf' d’avant Marseille-Montpellier. Quand les visages déconfits de Rudi Garcia et de Jacques-Henri Eyraud sont apparus à l’écran, Rachid Zeroual et ses acolytes ont tout de suite pigé. « Quel soulagement, soupire le patron du groupe de supporters du virage Sud. On est contents de ne plus l’entendre, de ne plus subir ses conneries lors des discours d’après matchs ! »

Il nous avoue aussi que les loustics réunis au local « ont bien rigolé » quand Rudi Garcia a affirmé qu’il était « un compétiteur » et a mis en avant son bilan selon lui honnête à la tête de l’OM : « Je trouve que les 32 mois que j’ai passés ici sont assez satisfaisants ! »

« Communication foireuse »

« Quand on l’écoute, on dirait que tout va bien… Alors que le stade le haïssait. En réalité, la fuite était la seule solution », balance un Rachid Zeroual agacé par cette « communication complètement foireuse, comme toujours avec lui. » « On avait honte de Garcia », conclut le dirigeant du groupe de supporters.

« Cette saison a été gênante », embraye Nicolas, abonné en tribune Ganay. Le jeune homme se dit « soulagé », même si le départ de Garcia était « attendu depuis longtemps ». Soulagé, mais un peu inquiet : « Il va falloir vendre au mercato, recruter un autre entraîneur et tout reconstruire, une nouvelle fois… L’OM est toujours en chantier ! »

Une éclaircie européenne

Rudi Garcia, premier bâtisseur du projet McCourt, aura fait, selon Nicolas, sa part du boulot : « On va évidemment retenir la finale de Ligue Europa, atteinte avec un fond de jeu médiocre mais avec une grinta énorme ! » « On le remercie pour ça, mais il n’a été bon qu’un an sur deux saisons et demie », maugrée-t-il.

Devant la Commanderie, Anthony affiche un grand sourire. Venu de Montélimar pour gratter quelques autographes, il a suivi l’annonce de Rudi Garcia sur son smartphone : « C’est un mal pour un bien ! Il était trop défensif, trop timoré et il a fait trop de mauvais choix au mercato », peste ce trentenaire, qui reconnaît, toutefois, que la saison 2017-18 est allée au-delà de ses espérances : « On a vibré avec la Ligue Europa et avec 77 points en championnat, nous aurions dû être en Ligue des champions cette saison ! »

« On ne peut se contenter de ça ! »

Mais cette saison 2018-19 restera comme celle de trop pour Rudi Garcia de l’avis, aussi, de ce membre anonyme des Fanatics :

On est arrivés au bout de quelque chose ! Son discours ne passait plus, ses choix tactiques étaient incompréhensibles. Il a fait 42 compos en 45 matchs, il a cramé des joueurs comme Caleta-Car, Njie qui n’a pas joué de l’année a l’air d’être monstrueux en ce moment… Il était temps que Garcia parte ! »

Même les plus modérés des supporters, comme le fondateur de l’AS Vivaux Sauvagère Omar Keddadouche sont « satisfaits » qu’il parte enfin : « Cinquième, quatrième et de nouveau cinquième [sans Ligue Europa]… C’est un échec, on ne peut pas se contenter de ça à Marseille ! »