Strasbourg-Reims: «On ne pouvait pas rêver mieux», un Racing sans pression veut profiter de la fête jusqu'au bout

FOOTBALL Après avoir remporté la Coupe de la Ligue, les Strasbourgeois ont renoué avec la victoire en Ligue 1 contre Reims (4-0)

Alexia Ighirri

— 

Football: Strasbourg-Reims
Football: Strasbourg-Reims — FREDERICK FLORIN / AFP

« On avait encore un peu la tête dans les étoiles, ce n’est pas faute d’en avoir parlé aux joueurs. Inconsciemment, on était encore en train de rêver », a expliqué le coach du Racing Thierry Laurey mercredi soir, au moment d’analyser les difficultés rencontrées par son équipe en début de match contre Reims mercredi.

Mais les Alsaciens « se sont donné les moyens de prolonger encore un peu la fête, dixit Bingourou Kamara, en surfant sur la Coupe de la Ligue, et d’être portés par l’euphorie ». Cette fois dans leur stade, en écrasant finalement Reims : « 4-0 à la Meinau, ce n’est pas tous les jours Noël », a lâché Dimitri Liénard en zone mixte.

A nouveau la victoire et les 42 points en prime

« On ne pouvait pas rêver mieux », s’est réjoui son coéquipier Adrien Thomasson. En renouant avec la victoire en Ligue 1 (après sept matchs sans gagner), le Racing a atteint les 42 points symboliques pour remplir l’objectif maintien (même si mathématiquement il n’est pas acquis, Strasbourg ne risque plus grand-chose). Et va désormais pouvoir « souffler un bon coup oui, même si on avait déjà une avance conséquente », poursuit le milieu offensif.

L’an dernier Strasbourg s'était offert une dernière journée de répit, cette fois il y a huit matchs de championnat à disputer de façon plus tranquille. « Pour une fois, depuis que je suis au Racing, on va finir une saison en n’ayant pas le couteau sous la gorge, savoure Liénard. J’ai juste envie de dire une chose aux joueurs, profitons, c’est rare ! »

« Profitons de jouer les matchs sans pression, de jouer pour les gagner bien sûr, mais de profiter du métier qu’on fait et de jouer sans stress, de ne pas se prendre la tête »

Pablo Martinez, non plus, n’a pas l’habitude de cette situation : « Je pense ne jamais avoir connu une saison où j’ai été maintenu aussi tôt. Mais ça ne doit pas nous mettre un coup d’arrêt. Je pense que justement il n’y a plus aucune pression, l’objectif a été rempli, on a eu un bonus avec la Coupe de la Ligue donc tout est bénef. Maintenant on peut jouer avec la confiance et sans la pression, c’est là où on est les meilleurs. »

Jouer libéré mais pas en roue libre, prévient Adrien Thomasson : « On va essayer de figurer le mieux possible ». Mission top 10.