Strasbourg-Reims: Après la Coupe, le Racing se ressert du champagne

FOOTBALL Quatre jours après avoir remporté la finale de la Coupe de la Ligue, Strasbourg recevait Reims à la Meinau ce mercredi pour la 30e journée de Ligue 1 et l'a emporté 4 à 0

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg-Reims
Strasbourg-Reims — FREDERICK FLORIN / AFP
  • Après avoir remporté la Coupe de la Ligue, Strasbourg a prolongé la fête à la Meinau mercredi contre Reims.
  • Face à la 3e défense du championant, le Racing s'est imposé 4-0 avec deux doublés de Gonçalves et Da Costa.

Le match d’après. Quatre jours après avoir remporté la Coupe de la Ligue, Strasbourg recevait Reims, l’équipe en forme de la Ligue 1 surfant sur une série de 13 matchs sans défaite. Mais toute série a une fin. La fête strasbourgeoise, elle, a joué les prolongations : mercredi à la Meinau, le Racing a fait exploser Reims en s’imposant 4-0.

Réveil douloureux

Vous vous sentez comment au lendemain d’une grosse fête ? Fatigués ? La gueule de bois ? Après un week-end de rêve, le réveil a été difficile pour les Strasbourgeois. Le début de match n’a pas forcément été plus simple pour les Rémois. Un Kenny Lala dépassé, une défense adverse qui joue avec le feu, des cafouillages… Pendant une bonne demi-heure, on comptait une grosse occasion de chaque côté : une transversale d’Abdul Baba pour Reims, une frappe de Nuno Da Costa repoussée du bout des doigts par le gardien.

Prise de tête(s)

En quelques minutes le match a basculé en raison d’un scénario Le Var, le coach et le but. A la 38e, l’arbitre siffle un penalty pour une faute de Kenny Lala sur Moussa Doumbia. Le Var annulera, à raison, la décision. Mais, entre-temps et concernant cette décision, le ton est monté du côté des bancs de touche, entre les staffs des deux équipes. Si le coach du Racing Thierry Laurey a été rappelé à l’ordre par l’arbitre, son homologue rémois a été envoyé en tribune. Sur le terrain les choses se sont ensuite emballées. A la 43e, la frappe du Strasbourgeois Anthony Gonçalves est repoussée. La superbe tête de son coéquipier Nuno Da Costa, bien servi par Lionel Carole, filera au fond des filets quelques secondes avant la mi-temps (1-0).

La Meinau voit double

Si l’attaquant a fait sauter le bouchon de la bouteille de champ’, c’est bien Anthony Gonçalves qui a régalé face à des Rémois qui n’auront franchement plus grand-chose à proposer en cette seconde période. Le milieu profitera de deux belles actions strasbourgeoises pour s’offrir un doublé (46e et 69e) et faire craquer la 3e défense de Ligue 1. Une juste récompense pour sa prestation du soir. A la 75e, Nuno Da Costa viendra aussi planter son deuxième but. Les deux joueurs auront permis au kop strasbourgeois d’entonner l’un des hymnes du club : « 4-0 au fond des caisses, c’est vraiment un festival, et la cigogne du RCS qui s’envole dans les étoiles, dans les étoiles ».

L’Europe à la maison

Moins euphorique que dimanche place Kléber mais plus symbolique : le Racing a présenté la Coupe de la Ligue à la Meinau mercredi. Le match ayant été programmé à 19 heures, l’équipe a fait un tour d’honneur une heure plus tôt, sous la pluie, devant des tribunes quasiment vides. Le kop, présent, a toutefois accueilli l’effectif au son des Merci les Bleus. Une fois le match gagné, le trophée a été ressorti pour un tour d’honneur devant des tribunes pleines et illuminées, sur le rythme des « Ce soir, c‘est la coupe d’Europe » lancés par le public.