VIDEO. Barcelone-OL: Le cauchemar de Lopes, «encore KO», entraîne un improbable duel Gorgelin-Messi

FOOTBALL L'un des tournants de l'énorme claque subie mercredi à Barcelone par l'OL (5-1) est la sortie prématurée de son (ange) gardien Anthony Lopes

Jérémy Laugier

— 

Tanguy Ndombele tente de consoler Anthony Lopes, dépité de devoir quitter le terrain après seulement 34 minutes de jeu, mercredi au Camp Nou. Josep LAGO
Tanguy Ndombele tente de consoler Anthony Lopes, dépité de devoir quitter le terrain après seulement 34 minutes de jeu, mercredi au Camp Nou. Josep LAGO — AFP
  • Anthony Lopes est incontestablement le joueur lyonnais le plus régulier depuis le début de la saison.
  • Heurté au visage par le Barcelonais Coutinho, le gardien de l’OL a dû céder sa place très tôt mercredi lors de la défaite historique (5-1) des siens sur la scène européenne.
  • Son remplaçant, Mathieu Gorgelin, en profite pour effectuer, à 28 ans, ses débuts en Ligue des champions contre Lionel Messi.

De notre envoyé spécial à Barcelone,

En début de saison, on aurait été prêt à envisager voir les gamins de l’Ajax dérouler leur football sur la pelouse du triple champion d’Europe en titre, ou même l’équipe B de Manchester United se qualifier contre le PSG après un 0-2 à Old Trafford. Mais notre goût pour le foot fiction a ses limites : on aurait été incapable d’imaginer un instant Mathieu Gorgelin remporter un face à face avec Lionel Messi dans un 8e de finale retour de Ligue des champions (5-1) devant 92.346 supporters au Camp Nou.

Rendez-vous compte : l’intéressé ne compte que dix matchs de Ligue 1 au compteur, et ce à 28 ans. Et voilà qu’il se retrouve propulsé mercredi au milieu du match le plus excitant de la saison lyonnaise, avec une heure de jeu à la clé, pour tenter de faire face au meilleur joueur du monde dans un grand soir.

Un premier duel remporté face à Lionel Messi

« On me demande d’être prêt, j’essaie de l’être et de faire ce que je peux, explique mercredi Mathieu Gorgelin, l’invité surprise de ce 8e de finale européen à Barcelone. J’ai pris ce que j’avais à prendre. » A commencer par ce réflexe devant Lionel Messi, seulement six minutes après son entrée sur la pelouse (2-0, 40e). Un coup d’éclat qu’il gardera à vie (pas Leo, hein), tout comme ce derby 2013 remporté à Sainté (1-2).

Même s’il a lui aussi été totalement débordé en fin de rencontre, avec trois buts concédés dans le dernier quart d’heure (il ne fallait pas énerver Messi, deux buts et deux passes dé au total), Mathieu Gorgelin gardera un meilleur souvenir de sa première fois au Camp Nou qu’Anthony Lopes. Bon, à 20 Minutes, on a peut-être porté la guigne à l’international portugais en lui consacrant notre principal sujet d’annonce de ce Barça-OL.

« Il ne voulait pas sortir »

A la 22e minute de jeu d’un match qu’il avait parfaitement entamé (parades à la 4e et 14e), il s’est retrouvé percuté au visage par Coutinho. « Il a perdu connaissance, indique Bruno Genesio. Il ne voulait pas sortir mais le ''doc'' m’a dit qu’il ne fallait absolument pas le laisser sur le terrain. On ne voulait prendre aucun risque. Il est un peu KO encore maintenant. » Pendant 12 minutes, Anthony Lopes a donc bataillé tant bien que mal, s’offrant quand même le luxe de s’envoler avec brio sur une frappe violente de Luis Suarez (2-0, 29e). Selon OLTV, il aurait vomi dans le vestiaire à sa sortie et n’a aucun souvenir d’avoir dit au médecin qu’il voulait continuer le match.

« Il était secoué, il a pris un sacré choc, confirme son coéquipier Lucas Tousart. Il a mis du temps à reprendre ses esprits. C’est dommage de l’avoir perdu mais on sait que les coups à la tête peuvent entraîner des séquelles. » Et la séquelle collective de la plus lourde défaite dans l’histoire européenne du club était suffisante mercredi soir. L’OL a vite besoin de pouvoir compter à nouveau sur son taulier pour retrouver cette Ligue des champions où il a tant brillé cette saison. « Le gardien remplaçant n’a peut-être pas été aussi efficace que l’aurait été Anthony », conclut d’ailleurs sans vraiment prendre de pincettes Jean-Michel Aulas.