Disparition d’Emiliano Sala: «C’est une catastrophe», les Girondins très inquiets

FOOTBALL L'Argentin était arrivé en Gironde à seulement 19 ans pour lancer sa carrière... 

Clément Carpentier

— 

Emiliano Sala sous le maillot des Girondins.
Emiliano Sala sous le maillot des Girondins. — JEFFROY GUY/SIPA
  • L’avion transportant Emiliano Sala de Nantes à Cardiff est toujours introuvable ce mardi après-midi.
  • L’Argentin a découvert la France avec les Girondins de Bordeaux pendant près de cinq ans.
  • Aujourd’hui, c’est tout un club qui accuse le coup.

La pluie s’abat sur le château du Haillan et ses terrains ce mardi matin. On pourrait y voir les larmes de certains après l’annonce de la disparition de l’avion d’Emiliano Sala. Alors que les recherches se poursuivent au large des îles anglo-normandes, le choc est rude aux Girondins de Bordeaux. L’Argentin a en effet fréquenté le club pendant près de cinq ans avant son départ pour le FC Nantes en 2015. « Ça m’a foutu un coup quand j’ai appris la nouvelle en arrivant au club tout à l’heure », glisse un salarié, le visage fermé.

Peu de mots sortent de la bouche dans ces moments-là. Il y a une forme de stupéfaction, de sidération pour beaucoup de monde. « C’est une catastrophe. Je suis sous le choc. Mais, nous n’avons pas de nouvelle pour l’instant. On attend », confie à son tour un dirigeant. Arrivé à seulement 19 ans au club, le premier joueur issu du projet Proyecto Crecer (un centre de formation argentin partenaire des Girondins) n’a laissé que de bons souvenirs aux Girondins. Malgré ces nombreux prêts (Orléans, Niort ou Caen), Emiliano Sala revenait toujours avec la banane.

Valentin Vada, son ami de toujours

Un proche de l’équipe professionnelle se souvient « d’une personne tellement gentille qui n’avait surtout pas le melon comme d’autres. C’est simple, ici, personne ne vous dira du mal de lui. » Si certains supporters pouvaient lui tomber dessus pour son manque d’efficacité, tout le monde lui reconnaissait cette combativité hors norme. Ces joueurs qui « mouillent le maillot » comme dit Kevin, l’un d’entre eux. D’ailleurs sur les réseaux sociaux, les messages d’encouragement se multiplient pour l’ancien attaquant des Marine et Blanc.

Du soutien, Valentin Vada en a aussi besoin. Le milieu de terrain argentin et sa famille étaient très proches de leur compatriote. Ce matin malgré la nouvelle, il a tout de même participé à l’entraînement collectif avec une immense pensée pour son copain au moment de se signer pour rejoindre la pelouse. Valentin Vada a laissé un petit message sur Twitter : « Allez mon frère !! Apparais s’il te plaît !!! »

Même chose pour son ancien coéquipier uruguayen, Diego Rolan :