VIDEO. Disparition d'Emiliano Sala: «Le monde s’est arrêté de tourner», le FC Nantes en état de choc

FOOTBALL Une angoissante attente a débuté pour les joueurs et tous les salariés du club...

David Phelippeau avec F.B.

— 

Des journalistes parlent aux membres du club nantais devant la Jonelière
Des journalistes parlent aux membres du club nantais devant la Jonelière — AFP

Un avion de tourisme transportant Emiliano Sala, attaquant du FCN transféré à Cardiff City ces derniers jours, a disparu alors qu’il survolait la Manche, lundi soir. La nouvelle s’est très vite propagée à la Jonelière, le centre d’entraînement du club nantais, à partir d’environ 9 h ce mardi matin.

Une attente angoissante a commencé pour les ex-partenaires de l’Italo-Argentin et les salariés de la Jonelière, informés par les réseaux sociaux et les sites d’information. « Je n’arrive pas à y croire, j’en ai des frissons », avoue à 20 Minutes un ancien coéquipier de Sala, averti par le réseau social Twitter.

La Jonelière en état de sidération

A la Jonelière, l’entraînement de ce mardi matin a été annulé. Et rapidement, on a appris que le match de Coupe de France [à Sannois-Saint-Gratien] prévu mercredi soir avait de fortes chances d’être reporté. La rencontre se jouera finalement dimanche en région parisienne et celle opposant le FCN à Saint-Etienne (prévue initialement samedi à 17h) sans doute mercredi dans huit jours. « Le monde s’est arrêté de tourner à la Jonelière, raconte un salarié. Tout le monde est là, ensemble… Certains joueurs ont préféré aller courir. » Le coach Vahid Halilhodzic, très proche de Sala, est resté seul dans son bureau un long moment. Le centre d’entraînement du FCN est en état de choc. 

Les gendarmes effectuent des rondes pour veiller à ce que tout se passe bien sur la route jouxtant le centre d’entraînement. Un peu avant 13 h, de nombreux joueurs ont quitté le centre en trombe, sans répondre à la quinzaine de journalistes qui attendaient devant les portes du complexe d'entraînement nantais. Aucune séance d'entraînement n'est prévue mercredi. Les Canaris devraient retrouver la Jonelière seulement jeudi pour préparer le déplacement à Sannois-Saint-Gratien, qui est devenu bien futile ces dernières heures au FCN.

Pendant ses trois saisons et demie à Nantes, Emiliano Sala (28 ans) a toujours fait l’unanimité que ce soit dans le vestiaire mais aussi dans les bureaux. Arrivé à Nantes par le même avion durant le week-end, Sala était venu lundi dire aurevoir à ses anciens coéquipiers et avait partagé un déjeuner avec eux, conclu par un discours devant le groupe. Suite au vol aller, il avait fait part à son ami et ex-coéquipier Nicolas Pallois, qui l'a accompagné à l'aéroport pour le retour, de ses craintes sur la sécurité de cet appareil.