VIDEO. FC Nantes: Emiliano Sala à Cardiff, récit d'un transfert dont peu de monde voulait à la Jonelière

FOOTBALL Emiliano Sala se trouvait à bord d’un avion de tourisme qui devait rejoindre Cardiff, l'appareil a disparu des radars…

W.P.

— 

Emiliano Sala.
Emiliano Sala. — SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP

Le silence, et l’attente. Le joueur nantais Emiliano Sala, tout récemment transféré à Cardiff, se trouvait dans un avion de tourisme disparu au-dessus de la Manche, ont indiqué plusieurs sources à 20 Minutes. Seuls le footballeur et le pilote étaient à bord de l’appareil qui prenait la direction du pays de Galles.

L’avion était toujours introuvable ce matin, alors que l’attaquant argentin devait atterrir lundi à 21 heures pour ouvrir un nouveau chapitre de sa carrière, après plusieurs semaines de négociations pour boucler un transfert dont peu de gens voulaient à Nantes.

Emiliano Sala avait signé à Cardiff samedi

Samedi, le club gallois officialisait sur ses réseaux ainsi que sur son site officiel la venue du buteur des Canaris pour un montant record de 17 millions d’euros, ne manquant pas de souligner les 12 réalisations en 19 matchs de Ligue 1 de sa nouvelle recrue. « Nous voyons Emiliano comme une recrue importante », se félicitait le CEO de Cardiff City, Ken Choo, soulignant la difficulté du deal au terme « d’un long processus ».

Après l’annonce de son transfert, Sala avait refait le chemin vers la Jonelière pour y saluer ses désormais ex-coéquipiers. Selon une information d’Ouest-France, Nicolas Pallois l’a ensuite conduit à l’aéroport, où l’attendait l’avion de tourisme, un Piper Malibu. Le FCN a annulé la séance d’entraînement du jour, a-t-on appris de notre journaliste à Nantes.

Un transfert loin de faire l’unanimité à Nantes

Officiellement, Emiliano Sala était « très heureux d’être là [à Cardiff] », samedi dernier. Dans les faits, c’est un peu plus compliqué. Début janvier, alors que le mercato hivernal vient d’ouvrir et que les deux clubs ont déjà trouvé un accord autour des 20 millions d’euros, il semblerait que la direction nantaise soit la seule intéressée par un départ du buteur. L’intéressé lui-même était paraît-il si peu emballé par la perspective de signer au pays de Galles qu’il n’aurait, à l’heure de la première offre, même pas pris le temps de s’attarder dessus.

Mais le président Waldemar Kita aurait poussé en interne pour convaincre son attaquant d’accepter l’offre – pour des raisons économiques – mettant l’accent sur le salaire qu’il percevrait à Cardiff (300.000 euros au lieu de 50.000 au FCN). « J’aurais peut-être fait le même choix », pardonnait Vahid Halilhodzic, bien moins tendre avec les dirigeants qui ont mené l’affaire alors qu’il comptait sur Sala jusqu’à la fin de la saison. « Je voulais juste qu’on me mette au courant. « Le président m’a appelé hier soir mais je n’ai pas répondu. Tout à l’heure, il m’a expliqué certains points. Chaque partie me parle de choses différentes », lâchait-il, visiblement dépité. Mercredi dernier, le coach des Canaris ne s’était pas présenté en conférence de presse après avoir compris que le départ de son joueur-clé était inéluctable.