C'est la deuxième plus mauvaise campagne européenne de l'histoire de l'OM.
C'est la deuxième plus mauvaise campagne européenne de l'histoire de l'OM. — C. Paris / AP / SIPA

FOOTBALL

OM-Limassol: Le calice jusqu'à la lie pour Marseille, humilié au Vélodrome par l'équipe bis de l'Apollon

Marseille achève dans la honte une campagne européenne terrible, six mois après avoir disputé une finale de la Ligue Europa. L'OM s'est encore incliné contre Limassol (1-3)...

  • Un point empoché en six matchs, seize buts encaissés, un goal-average à -10... L'OM a totalement loupé sa campagne européenne.
  • Elle se termine dans la honte d'une dernière défaite, au Vélodrome, face aux modestes chypriotes de l'Apollon Limassol (1-3).

Un froid glacial. Une honte brûlante. L’OM ajoute une infamante défaite à sa ridicule campagne européenne 2017-2018. Dans un Vélodrome déserté, devant 9 274 courageux, Marseille s’est incliné 3-1 face aux modestes Chypriotes de l’Apollon Limassol.

L’OM, qui n’a empoché qu’un point en six matchs, réalise la deuxième plus mauvaise campagne européenne de son histoire, six mois après avoir disputé la finale de la Ligue Europa. Pourtant, Limassol, déjà éliminé, est arrivé au Vélodrome avec une équipe bis : six titulaires habituels étaient soit sur le banc, soit restés à la maison.

Une défense indéfendable

Cela n’a pas empêché les Chypriotes de se balader dans la surface de réparation, dès la 6e minute : Schembri, parti hors-jeu, a été accroché par Kamara. Double peine pour l’OM : le minot a écopé d’un carton rouge et l’attaquant Maglica a bénéficié d’un penalty, facilement transformé (6e). Thauvin a rapidement égalisé (10e), sur un très beau centre de Lopez, mais c’est totalement anecdotique. A 10 contre 11, l’OM a énormément subi et a craqué à deux reprises. D’abord sur une tête du même Maglica (29e). Totalement seul dans la surface de réparation, le Croate a bien smashé un centre de Schembri qui avait déposé un Gustavo, latéral gauche d’infortune.

La malchance, justement, s’est ajoutée au tableau : Stylianou a transformé un banal ballon mal dégagé en une merveille de demi-volée, directement dans la lucarne du pauvre Escales (56e). « Ça tourne pas dans notre sens mais les joueurs ont mis les ingrédients pour revenir dans le match », a osé Rudi Garcia, qui a également critiqué l’arbitrage : « Avec le VAR, on ne verra plus ce genre de choses. »

Rudi Garcia a vu « de bonnes choses » dans la performance de son jeune gardien Florian Escales, qui disputait son premier match officiel avec les pros. Parti du bon côté sur le penalty, puis impuissant sur les deux buts suivants, le portier n’est pas vraiment à blâmer.

1,9 but encaissé par match

Escales a été abandonné par ses défenseurs… Comme d’habitude, peut-on écrire. L’OM encaisse 1,9 but par match. Un bilan qui explique facilement la terrifiante série des Marseillais, qui n’ont gagné que deux de leurs dix derniers matchs. L’hiver arrive. La crise, elle, est déjà là.