FCN-OM: «Palme de la stupidité», «sonnette d'alarme», on peut parler de crise à Marseille non?

FOOTBALL Après la défaite (3-2) à Nantes, ce mercredi soir, les mots des Marseillais étaient forts...

David Phelippeau

— 

Le désarroi des Marseillais.
Le désarroi des Marseillais. — SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP
  • Mercredi soir, l’OM a subi sa 6e défaite à l’extérieur à Nantes en s’inclinant (3-2).
  • Les Olympiens ont pourtant mené deux fois au score…
  • Rudi Garcia parle de « stupidité » et Dimitri Payet d'« une situation de crise » qui s’approche.

Deux minutes montre en main. Rudi Garcia n’a pas traîné en salle de presse après la nouvelle déconvenue (2-3) de ses joueurs, mercredi soir, à Nantes. « Je vais essayer de rester mesuré ce soir, de protéger mes joueurs… », a-t-il expliqué. Bon, quelques secondes plus tard, il les a bien « assaisonnés » en affirmant : « Quand on n’est pas capables de gagner un match comme ça, je pense qu’on a bafoué les fondamentaux, on n’est pas loin d’avoir la palme de la stupidité ! »

Le coach olympien en veut vraiment à ses joueurs qui ont pourtant mené deux fois au score à la Beaujoire. « Depuis plus de deux ans, ceux qui sont là sont au courant que quand on marque un but, 5 minutes après il peut se passer plein de choses, en marquer un deuxième mais aussi en prendre un. Ça n’a pas loupé. » Il leur en veut aussi d’avoir encaissé des buts sur des actions pourtant bien identifiées avant la rencontre : « On a pris des buts sur exactement les choses qu’on avait montrées aux joueurs en préparation de match : sur les centres, sur des ballons directs dans notre surface… C’est à se demander à quoi ça sert de faire des préparations de match ! »

C’est l’heure de la fameuse sonnette d’alarme

Et maintenant, après cette 6e défaite de la saison à l’extérieur et ses trois buts encaissés (ce qui fait de l’OM l’une des pires défenses de L1), on fait quoi ? On dit quoi d’autre ? « Je ne peux pas vous dire ce qui ne va pas… », lâche Dimitri Payet, qui a commencé le match sur le banc.

En revanche, le capitaine est capable de mettre des mots sur les maux qui rongent l’OM (5e) en ce moment. « De prendre ces trois buts comme on les a pris, ce n’est pas admissible. 6e défaite. Trois buts encaissés. C’est récurrent. C’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Il va falloir tirer la sonnette d’alarme. » Car la situation actuelle de l’OM l’inquiète. « Quand on fait ce genre de performance, il faut arrêter de regarder les autres… Vu que, nous, on ne gagne pas, autant regarder derrière que devant. Ce n’est peut-être pas la crise, mais on s’en rapproche. »

Garcia a visé certains joueurs plus que d’autres

Bonne ambiance à l’OM. Confirmée quelques minutes plus tard par un Florian Thauvin, qui mettra près de 30 secondes à répondre à la première question en lançant un « c’est chiant » interminable… Puis, en révélant le discours fort d’après match de Rudi Garcia : « Le coach était très remonté, il a dit que certains s’étaient beaucoup plus battus que d’autres. Il a dit que c’était inacceptable. » L’OM, à l’extérieur, ne fait plus peur à personne. Saint-Etienne doit se frotter les mains en attendant le match de dimanche.