OL-ASSE: Des supporters supposés de Sainté interdits de derby en raison de «leur mail».... Une démarche «douteuse»?

FOOTBALL En vue du derby ce vendredi, l'OL a reconnu avoir pris des mesures inédites pour parer à tout débordement éventuel...

Jérémy Laugier

— 

La présence de supporters marseillais, le 23 septembre au Parc OL, malgré un arrêté préfectoral, avait entraîné d'importants incidents lors d'OL-OM.
La présence de supporters marseillais, le 23 septembre au Parc OL, malgré un arrêté préfectoral, avait entraîné d'importants incidents lors d'OL-OM. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Le club lyonnais a pris des mesures inédites ce vendredi en annulant des billets pour le derby du soir à de supposés supporters stéphanois.
  • En s'appuyant sur deux arrêtés, l'un préfectoral, l'autre ministériel, l'OL a annulé des dizaines de billets sur la base des adresses mail.
  • Cette démarche pose des questions tant éthiques que juridiques quant au fichage des supporters.

Les violents débordements ayant gâché le choc entre l’OL et l’OM (4-2), le 23 septembre, ont poussé le club lyonnais à réagir. Ce soir-là, malgré un arrêté préfectoral interdisant leur présence, de nombreux supporters marseillais s’étaient levés un peu partout dans le stade pour fêter un but de Florian Thauvin. Des scènes de poursuite dans les coursives du Parc OL s’en étaient suivies, des membres du virage sud lyonnais voulant en découdre avec eux.

L’OL a donc rappelé via un communiqué ce vendredi, jour de derby (21 heures), qu' « un arrêté préfectoral et un arrêté ministériel ont été pris interdisant l’accès au stade et aux communes voisines à toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club de l’AS Saint Etienne ou se comportant comme tel ». « En cas de non-respect de ces arrêtés dans le périmètre du stade, les services de sécurité du club remettront les personnes concernées aux forces de l’ordre et aux représentants du parquet présents », poursuit l’OL.

« Des éléments laissant supposer que vous soutenez l’AS Saint-Etienne »

Mais le club reconnaît « être allé plus loin que d’habitude » : « pour des raisons de sécurité et en lien avec les arrêtés, plusieurs dizaines de billets ont été annulés par l’Olympique Lyonnais et les acheteurs ont été avertis par mail afin qu’ils ne se présentent pas au stade ». Concrètement, des personnes ayant acheté leur billet via Internet ont reçu ce vendredi le mail ci-dessous, partagé sur les réseaux sociaux.

« Etant donné que votre adresse mail comporte des éléments laissant supposer que vous soutenez l’AS Saint-Etienne, nous vous informons que l’ensemble des billets achetés par ce compte client ont été annulés et que vous serez remboursés dans les plus brefs délais ». Doit-on imaginer que le club a pu repérer des internautes comme loicperrin42@gmail.com ou allezlesverts@hotmail.com, ou qu’il a poussé son enquête bien plus loin, tout en allant sur un terrain glissant ?

« Un petit risque d’avoir refusé des non-supporters de l’ASSE »

« Nous ne donnerons pas davantage de précisions car on ne veut pas que les supporters puissent à l’avenir trouver un moyen de contourner notre système », précise-t-on à l’OL, contacté par 20 Minutes. Marqué par les précédents déboires en tribunes contre Marseille mais surtout Besiktas en avril 2017, le club veut « assurer au maximum la sécurité » de ses spectateurs.

Au point d’interdire de stade des gens par mail le jour du derby ? « Nous devions attendre la publication du décret ministériel interdisant la venue des supporters stéphanois, et celle-ci n’a été officielle qu’aujourd’hui », assure l’OL, qui reconnaît « un petit risque d’avoir refusé au passage des non-supporters de l’ASSE » dans sa démarche inédite en Ligue 1.

« Une problématique de fichage qu’on sait sensible »

L’unique précédent français pouvant s’en rapprocher reste celui du PSG, qui avait notamment annulé les billets de 15 de ses propres supporters lors de déplacements européens en 2014. Après une longue procédure, le tribunal d’instance avait condamné en 2016 le club parisien à verser 30.000 euros à ces supporters, pointant « un contrat rompu sans justification et par conséquent de manière abusive ». L’OL est-il à la merci de pareils ennuis juridiques ?

Selon Pierre Barthélémy, avocat défendant les intérêts de l’Association nationale des supporters (ANS, qui a rédigé ce vendredi un communiqué de réponse ci-dessus), la démarche du club est « douteuse ».

Il faudrait que les conditions générales de vente des billets précisent pareil motif, ce qui peut poser problème, indique-t-il. De même, ce n’est pas parce qu’on est stéphanois qu’on va se comporter au stade comme un supporter stéphanois, ce que vise l’arrêté. Et puis on touche à une problématique de fichage qu’on sait sensible. »

Autant de zones d’ombre poussant Pierre Barthélémy à considérer que « l’OL est allé trop loin ». Egalement contactée par 20 Minutes, l’ASSE n’a pour le moment pas souhaité réagir sur cette affaire qui, même en coulisses, pourrait rendre ce derby encore plus électrique.