OM-TFC: «Le temps semble un peu long!» La première VAR de l'histoire de la Ligue 1 racontée de l'intérieur

FOOTBALL L'Olympique de Marseille rentre dans l'histoire de la Ligue 1 en bénéficiant d'un pénalty sifflé grâce à l'arbitrage vidéo...

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

L'arbitre vérifie l'écran de la vidéo, avant OM-TFC.
L'arbitre vérifie l'écran de la vidéo, avant OM-TFC. — B. Horvat / AFP
  • L'OM a parfaitement lancé sa saison en battant Toulouse 4-0 lors de la première journée de Ligue 1. 
  • Son match a été débloqué par un pénalty accordé après arbitrage vidéo, en fin de première mi-temps.
  • Les acteurs du match racontent comment ils ont vécu ce moment. 

Au départ, personne n’a rien pigé. Enfin, presque personne. L’expérimenté Luiz Gustavo a tout de suite levé le bras pour réclamer une main de Kelvin Amian. Simple réflexe contestataire ? Ou a-t-il déjà intériorisé le recours à l’arbitrage vidéo ? Les arbitres, en tout cas, se sont souvenus qu’ils étaient désormais assistés par la VAR. Et quelques minutes plus tard, Dimitri Payet convertissait le penalty, inscrivant le premier but d’un OM-TFC jusque-là bloqué, finalement largement remporté par Marseille (4-0).

Payet gamberge

Entre le début de l'assistance et le coup de sifflet décisif, « le temps semble un peu long, ça laisse le temps de réfléchir », sourit après coup le capitaine de l’OM, ravi d’être « rentré dans l’histoire de la Ligue 1. » Pendant que les arbitres scrutent leurs écrans, les joueurs sont dans l’attente, sur la pelouse. En tribune de presse, on se contorsionne pour voir les écrans de contrôle. Au-dessus de nous, les spectateurs essayent aussi d’arracher quelques détails de la scène, image par image, que se repassent les arbitres.

Il y avait bien main, ça ne fait aucun doute. De là à dire qu’elle était volontaire, c’est plus compliqué. Mais Alain Casanova, l’entraîneur du TFC, la joue fair-play :

Que ce soit volontaire ou involontaire, quand il y a déviation du ballon, l’arbitre doit siffler. J’ai dit plusieurs fois que j’étais favorable à la VAR, je ne vais pas me renier. On peut penser que c’est dur quand c’est à nos dépens, mais ça aidera les arbitres. »

Max-Alain Gradel est moins tranchant : « Bon, là, ça nous est très défavorable, alors c’est difficile d’en dire du bien », sourit l’attaquant toulousain. Au contraire, Bouna Sarr ne pouvait pas « s’en plaindre » : « Ça nous a bien aidés à débloquer ce match, d’autant plus que c’était juste avant la mi-temps. »

Dimitri Payet félicité par ses coéquipiers.
Dimitri Payet félicité par ses coéquipiers. - B. Horvat / AFP

« Je n’avais absolument pas vu la main, je ne pensais même pas qu’il allait siffler », embraye, avec beaucoup de franchise, le latéral Jordan Amavi. Au contraire, depuis son banc, Rudi Garcia a tout de suite noté la petite mimine d’Amian : « La tête de Germain était dans le cadre et je pense qu’elle était hors de portée de Reynet. Par le passé, l’arbitre aurait juste sifflé un corner. C’est beaucoup plus juste la façon dont c’est arbitré maintenant. On va vers beaucoup moins d’erreurs. »

On va vers moins de mains dans la surface, en tout cas. Les défenseurs vont devoir être vigilants. Petit rappel du capitaine Payet : « Il va falloir apprendre à composer avec pour pas que ça se retourne contre nous ! »

>> A lire aussi : Revivez le live-comme-à-la-maison de cet OM-TFC