FC Nantes : Des emplettes juste avant le gong du mercato, est-ce une bonne idée pour le FCN ?

FOOTBALL Le mercato se termine ce mercredi, à minuit…

David Phelippeau

— 

NANTES, le 16/10/2013 Ismael BANGOURA joueur du FCN
NANTES, le 16/10/2013 Ismael BANGOURA joueur du FCN — FABRICE ELSNER/20MINUTES
  • À quelques heures de la fin du mercato, le FC Nantes n’a toujours pas recruté un joueur.
  • Va-t-il passer à l’acte dans les dernières heures du marché hivernal ?
  • Est-ce une bonne idée d’enrôler des joueurs juste avant le gong de fin ?

Mercredi minuit. L’heure du « crime » n’a jamais été aussi proche. La fin du mercato hivernal approche à grands pas. Et, petit événement, le FC Nantes a laissé partir trois joueurs (Olliero, Moimbé et Walongwa), mais n’en a toujours pas recruté un seul. Une inertie qui n’est pas pour déplaire à l’entraîneur Claudio Ranieri, qui n’a jamais caché – sauf vraie plus-value – qu’il ne souhaitait pas « perturber » son groupe, surprenant 5e de Ligue 1.

>> A lire aussi : Mais pourquoi le FC Nantes est aussi peu actif sur le marché des transferts?

Ce mardi, le mercato est au point mort. Bammou a bien failli partir en prêt en Belgique, mais FCN l’a retenu. Du côté des arrivées, la direction laisse penser qu’il y a beaucoup plus de chances de ne pas voir de recrue que d’en voir une débarquer à la Jonelière. Mais, en matière de mercato, il convient de rester (très) prudent…

Faire à la fin, c’est souvent un choix par défaut

Néanmoins, est-ce vraiment judicieux pour Nantes de tenter un coup à quelques heures de la fin du mercato ? Par le passé, les recrues actées lors des dernières heures avant le gong n’ont pas toujours constitué une réussite. « C’est souvent un choix par défaut quand tu fais au dernier moment, juge un agent français, souhaitant rester anonyme. Ce mercato de janvier doit plus être un marché de saupoudrage, d’adaptation. Les bons coups – comme Sanchez à Manchester United – sont ceux qui sont bien préparés en amont. Le plus souvent, ceux qui ne le sont pas ne marchent pas. »

>> A lire aussi : «C'est un gâchis, mais je n'ai aucune amertume...», reconnaît Wilfried Moimbé

À Nantes, certains dossiers réalisés au bout du bout du mercato hivernal ont marqué les esprits.

  • Ismaël Bangoura. L’attaquant guinéen s’engage dans les dernières heures du marché d’hiver 2012. Le FC Nantes traînera comme un boulet cette signature tardive. Il est en effet condamné quelques mois plus tard pour avoir incité le joueur à rompre unilatéralement son contrat avec le club émirati d’Al-Nasr. Le FCN est ainsi définitivement interdit de recrutement pour les deux périodes de transferts et condamné à une amende de 4,5 millions d’euros à Al Nasr (Dubaï, Émirats Arabes Unis). Bide sportif et surtout financier.
  • Itay Shechter. L’attaquant international israélien est prêté avec option d’achat au FCN le 31 janvier 2014. Un an plus tard, il repart en Israël (Maccabi Haïfa) sans avoir jamais convaincu (3 buts en une trentaine de rencontres).
  • Damien Le Tallec. L’attaquant français signe au FCN dans l’ombre d’Ismaël Bangoura, le 31 janvier 2012. Il y restera finalement pendant cinq mois en jouant à peine dix matchs avant de rejoindre un club ukrainien.

Mais, on n’est parfois pas à l’abri de belles surprises. « C’est bien de faire des coups juste avant la fin, tranche un autre agent français, voulant aussi rester anonyme. Tu peux faire des affaires qui n’étaient pas les tiennes au départ. » Toutefois, ce représentant de joueurs qui connaît bien le FCN émet un doute sur le fonctionnement du club en période de mercato. « Pour réaliser un coup, il faut un réseau de gens compétents qui aient envie de travailler avec toi et une bonne connaissance du marché. Nantes me semble à des années-lumière de tout ça. C’est un club qui semble marcher seul. » A Kita de faire mentir cet agent en réalisant un coup ce mercredi…

>> A lire aussi : Lukasz Teodorczyk, avant-centre polonais, était bien ciblé par le FC Nantes, mais...