Premier League: Pourquoi ça va (enfin) être la bonne pour Arsenal

FOOTBALL Cette fois, Arsène Wenger a tout l'arsenal, enfin on l'espère...

M.C.-V.
— 
Alexandre Lacazette le 6 août 2017 à Londres.
Alexandre Lacazette le 6 août 2017 à Londres. — Matthew Impey/Shutterst/SIPA
  • La triplette Lacazette-Ozil-Sanchez pourrait faire des ravages.
  • Les concurrents d'Arsenal ne paraissent pas aussi fringants cette saison.

Les pubs remplis, les stades pleins, les tacles au genou et les boulettes de gardiens… Oui, la Premier League est de retour ! Pour le premier match de la saison, Arsenal affronte  Leicester (20h45) à l’Emirates Stadium, ce vendredi soir. Les hommes d’Arsène Wenger se sont requinqués après une année terminée hors du Top 4, et pourraient bien revenir au sommet. Voici pourquoi :

  • Lacazette en locomotive

Entre Alexandre Lacazette et les Gunners, la crème anglaise a pris. Précédé d’une jolie réputation (2e meilleur buteur de Ligue 1 en activité avec 106 buts, tous inscrits avec l’Olympique lyonnais), Lacazette est devenu le joueur le plus cher de l’histoire d’Arsenal, avec un transfert de 60 millions d’euros. On est loin de Neymar mais tout de même, ça vous pose les bases. Bien dans ses crampons, l’international français a inscrit un premier but à peine le nouveau maillot enfilé en juillet :

Aux anges, son patron Arsène Wenger ne tarit pas d’éloge sur sa recrue : « Il marque énormément et cela est dû au fait qu’il est toujours idéalement placé dans la surface et anticipe parfaitement. C’est une qualité essentielle dont nous aurons besoin cette saison », a-t-il déclaré après un but de l’ancien Lyonnais contre Séville en amical.

Wenger dispose d’un large choix d’attaquants, ce qui sera idéal pour éviter les coups de mou dans l’année. Lacazette partagera l’affiche avec l’efficace Olivier Giroud, et les Anglais Danny Welbeck et Theo Walcott. Ajoutons à cette liste Alexis Sanchez et Mezut Özil, qui, malgré les rumeurs, pourraient rester. Une association Sanchez-Özil-Lacazette, ça pourrait balancer sévère.

  • Une défense a priori solide

Outre Lacazette, Arsenal s’est penché sur sa défense, sous le feu des critiques après le bide face au Bayern Munich en huitièmes de finale de Ligue des champions (5-1). L'arrivée de Sead Kolasinac en provenance de Schalke 04 doit renforcer ce secteur.

Au poste d’arrière gauche, Kolasinac devrait être plus efficace que Kieran Gibbs. Doté du statut de grand espoir, Gibbs s’est grillé chez les Gunners. Même Watford a retiré sa proposition de transfert selon le Daily Mail… Car oui, Kieran Gibbs à 20 millions d’euros, c’est beaucoup trop. Il y a quand même quelques Anglais qui ont le sens de la mesure.

  • Des adversaires dans le flou

La Premier League est un des championnats les plus ouverts d’Europe. Aucun club n’a pu conserver son titre depuis Manchester United en 2009. Et ça pourrait continuer ainsi. Vainqueur en 2017, Chelsea a le blues du mercato. Le staff londonien a laissé partir son meilleur attaquant Diego Costa, plus du tout dans les plans d’Antonio Conte. En attendant son transfert définitif à l’Atlético, le buteur est en roue libre. Apparu cette semaine au Brésil dans un spectacle de clown, il s’est même montré sur Instagram avec le maillot des Colchoneros…

>> A lire aussi : «C'est une honte mais le coach ne compte plus sur moi», Diego Costa vide son sac et allume Conte

Antonio Conte a également laissé Nemanja Matic partir vers ManU. Les achats d’Alvaro Morata, Tiémoué Bakayoko et Antonio Rüdiger n’ont pas complètement ravi le coach. « Nous avons besoin de plus de joueurs », estimait-il en conférence de presse avant la Community Shield face à Arsenal. Bref, pas sûr que Chelsea soit mieux armé.

Dauphin des Blues il y a quelques mois, Tottenham a vécu un mercato au point mort et n’a pas recruté de grand nom et a même laissé partir Kyle Walker à City. ManU a recruté encore pour de belles sommes (Lukaku pour 85 millions d’euros, Lindelof), mais n’a aucune certitude, comme on n’a pu le voir lors de la SuperCoupe d’Europe face au Real. Pep Guardiola n’a lui plus le droit à l’erreur avec Manchester City. Même si les Citizens ont beaucoup recruté (Walker, Ederson, Mendy, Bernardo Silva), la défense centrale reste extrêmement faible.

  • Parce qu’Arsène veut faire taire les critiques

Arsène Wenger, c’est le bon tonton de la famille, qui te rend visite chaque week-end à l’heure du goûter pour donner un petit cadeau depuis vingt ans, celui de voir les Gunners s’imposer. On l’avoue, Arsène s’est un peu emmêlé les pinceaux ces derniers temps : Arsenal est bloqué en huitièmes de finale de C1 depuis sept ans et devra se contenter de la Ligue Europa cette saison.

Mais comme on dit outre-Manche, Hang in there, tenir bon ! Malgré les torrents de réprimandes de la part de la presse britannique (« Au revoir Arsène » en une du Sun), Wenger a prolongé son contrat d’entraîneur pour deux ans supplémentaires. *

Et vous, qu’en pensez-vous ? (Attention, il est impossible de répondre « Oui. » dans le sondage ci-dessous)

 

 

 

l