Euro 2016: Entre Cristiano Ronaldo et la France, y’a vraiment un truc qui ne colle pas

FOOTBALL La relation entre Cristiano Ronaldo et la France est compliquée, sur et en dehors du terrain...

Nicolas Camus

— 

Cristiano Ronaldo lors de Portugal-Islande (1-1), le 14 juin 2016 à Saint-Etienne.
Cristiano Ronaldo lors de Portugal-Islande (1-1), le 14 juin 2016 à Saint-Etienne. — NIVIERE/SIPA

Cet Euro, sûrement son dernier, à 31 ans, sera-t-il celui où Cristiano Ronaldo arrivera enfin à offrir un titre à son équipe nationale ? Son pays n’attend que ça, et c’est beaucoup de pression pour un seul homme. Mais que voulez-vous, on ne peut pas marquer 60 buts par saison et avoir gagné trois Ballons d’or sans qu’on vous demande la lune.

>> A lire aussi: Ils rêvent tous d’un selfie avec Ronaldo, mais c’est une énorme galère

Seulement, on voit mal comment ça pourrait arriver cet été en France. Déjà parce que depuis Maradona en 86, jamais un joueur n’a gagné une compétition internationale tout seul comme un grand (on adore Quaresma, mais en vrai ça fait longtemps qu’on a arrêté d’y croire). Et puis parce qu’à y regarder de plus près, la France et Cricri, ce n’est vraiment pas ça. Y’a comme un truc qui ne colle pas, n’en déplaise à Céline F., aka l’hôtesse qui lui a tapé dans l’œil à Geoffroy-Guichard.

Qu’est-ce qui nous donne cette impression ? Et bien tout plein de petites choses.

Son bilan face aux Bleus

Trois matchs, trois défaites, dont une en demi-finale de Coupe du monde (2006) où ses plongeons pour tenter de gratter un péno en fin de match avaient eu le don d’irriter tout le monde (cc Willy Sagnol). Et surtout, comble de la lose quand on s’appelle CR7, pas un petit but marqué, rien. En amical au Stade de France en octobre 2014, les Bleus avaient concédé un penalty juste une minute après qu’il a quitté le terrain. Rien que pour l’embêter, sûrement.

C’est pas beaucoup mieux face aux clubs français

Apôtre de la perf individuelle, Ronaldo n’est souvent que tristesse après ses matchs contre des équipes françaises. Prenez le PSG, par exemple. Le club parisien fait partie des quatre seules équipes contre qui il n’a jamais marqué depuis son arrivée au Real Madrid, en 2009. Il a été affreux lors de la double confrontation de cette saison en Ligue des champions, avec notamment « l’un des plus mauvais matchs dont on peut se souvenir » de sa part au retour, disait le journal As.

Et même quand il marque, ça ne se passe pas toujours bien. Remember l’élimination contre l’OL, en 8e de finale de Ligue des champions en 2010.

De toute façon, l’histoire a mal commencé

Ça reste un bon souvenir pour lui, puisqu’il s’était qualifié. Mais quel match horrible. Novembre 2003, les Espoirs portugais et français se disputent la qualification pour l’Euro de leur catégorie lors d’un barrage. Les Bleuets l’emportent à l’aller au Portugal (1-2), le retour à Clermont-Ferrand est rocambolesque. Ronaldo et ses potes marchent sur toutes les chevilles qui se trouvent sur leur chemin, avec la bénédiction de l’arbitre. Ce dernier, en revanche, expulse Cissé qui en avait marre de se faire fracasser. Les Portugais finissent par se qualifier aux tirs au but, refusent le contrôle antidopage (Domenech assurera avoir trouvé une seringue usagée…) et sacagent le vestiaire avant de partir. Du grand art.

Les Français ne l’aiment pas

Le Français n’aime pas qu’on le surpasse dans un domaine où il est censé être supérieur. L’arrogance, c’est notre truc normalement, en tout cas c’est comme ça qu’on nous voit. Du coup, ça ne passe pas avec Ronaldo, même si une bonne poignée d’ados avec beaucoup trop de gel dans les cheveux lui voue une admiration sans borne.

Remarquez, ça ne passe pas très bien avec le reste du monde non plus, en fait. Demandez aux Islandais. « C’est parce que je suis riche, beau et que je suis un grand joueur qu’on me siffle. Les gens sont jaloux de moi, a-t-il dit un jour, en 2011. Je ne vois aucune autre explication. »

Peut-être pour ce genre de photo, aussi…

Cristiano dans ses oeuvres
Cristiano dans ses oeuvres - Twitter/Real Madrid
Cristiano Ronaldo en mode thug
Cristiano Ronaldo en mode thug - Capture d'écran Twitter

On vote rarement pour lui au Ballon d’or

La France préfère le gentil Lionel Messi, c’est comme ça. Il n’y a qu’à voir les votes lors de la dernière élection pour le Ballon d’or.

Didier, tu déconnes.
Didier, tu déconnes. - Fifa

Ronaldo en a remporté trois, en 2008, 2013 et 2014. Le second, tout le monde s’en souvient, c’était devant Franck Ribéry. Le Français sortait de la meilleure saison de sa carrière et avait gagné absolument tous les trophées possibles avec le Bayern. Mais non, c’est Cristiano qui avait été élu, avec une petite polémique sur des votes qui auraient été truqués. On ne lui a jamais pardonné à Boulogne-sur-Mer.

Il nous le rend bien

Cricri n’est pas un grand fan de la France non plus. On se souvient de sa mystérieuse déclaration avant le tirage au sort des barrages pour le Mondial 2014: « La seule sélection contre laquelle je n’aimerais pas jouer, c’est contre la France, pour des raisons diverses. Mais je ne peux pas en parler parce que je pourrais être puni ». Il en restera là. Comment voulez-vous que le couple fonctionne si l’une des deux parties refuse de communiquer.

Voilà, et puis ce n’est pas son premier match dans cet Euro contre l’Islande qui va nous faire changer d’avis. Le second contre l’Autriche, samedi, au Parc des Princes ? Mouais, il va peut-être claquer son but. Mais l’histoire en prendrait quand même un sacré coup s’il quittait Paris avec le trophée sous le bras, le 10 juillet.