CAN 2015: L’attaquant de la Guinée équatoriale Javier Balboa critique «le jeu sale» des Tunisiens

FOOTBALL Les Aigles de Carthage ont vivement critiqué l'arbitrage du quart de finale...  

20 Minutes avec AFP

— 

Javier Balboa fête un but contre le Gabon le 25 janvier 2015.
Javier Balboa fête un but contre le Gabon le 25 janvier 2015. — Themba Hadebe/AP/SIPA

L'attaquant Javier Balboa, auteur des deux buts de la Guinée équatoriale contre la Tunisie samedi en quart de finale de la CAN-2015 (2-1 a.p.), a estimé qu'il n'y avait «peut-être pas» faute sur le penalty polémique.

«Peut-être qu'il n'y avait pas penalty, mais bon, ce sont des faits de jeu qui arrivent tous les week-ends dans les meilleurs championnats du monde, en Espagne, en Angleterre, a-t-il confié à l'AFP dans la nuit de lundi à mardi. Maradona a mis un but de la main dans un Mondial (1986), et ç'avait été beaucoup plus clair que le penalty de l'autre jour.»

Après l'ouverture du score d'Akaichi (70e), l'arbitre mauricien Rajindraparsad Seechurn avait sifflé un penalty très contesté en faveur de la Guinée équatoriale dans le temps additionnel, transformé par Balboa (90e+3) et entraînant une prolongation où le même joueur a fait la décision sur un coup franc.

«Dans la prolongation, c’était nous les meilleurs»

«Les penalties, il faut aussi les mettre, d'autant plus avec la pression, dans la minute que c'était, a ajouté Balboa. Puis il y a eu le coup franc, et on a gagné 2-1.»

La virulente réaction des Tunisiens, qui a obligé la police à escorter l'arbitre jusqu'aux vestiaires, «je ne la comprends pas, parce qu'une sélection de ce niveau ne devrait pas se rabaisser à ce type de jeu sale», estime l'attaquant du Nzalang nacional.

«Ils se sont beaucoup plaints du penalty, mais eux, après avoir mis leur but, ils ont joué la montre, tombaient facilement... et là ils ne disaient rien, ils restaient discrets, selon l'Equato-Guinéen. Et il restait encore 30 minutes, on n'avait pas gagné. Dans la prolongation, c'était nous les meilleurs.»