Coupe du monde 2022 : Les Bleus filent en quarts grâce à un Giroud record et un fabuleux Mbappé

FOOTBALL L’équipe de France a battu la Pologne ce dimanche en 8e de finale du Mondial au Qatar

Aymeric Le Gall
— 
Olivier Giroud et Kylian Mbappé, les deux héros du 8e de finale contre la Pologne.
Olivier Giroud et Kylian Mbappé, les deux héros du 8e de finale contre la Pologne. — Rodolfo Buhrer/La Imagem/Fotoare
  • L’équipe de France a battu la Pologne ce dimanche en 8e de finale de la Coupe du monde.
  • Olivier Giroud a ouvert le score, inscrivant son 52e but avec les Bleus. Kylian Mbappé a lui aussi brillé avec un magnifique doublé, sur deux frappes en lucarne.
  • La France est désormais en quart de finale, où elle affrontera soit l’Angleterre soit le Sénégal.

De notre envoyé spécial à Doha,

Face à une faible Pologne (comme prévu), l’équipe de France a fait le job en huitième de finale dimanche après-midi, sans vraiment trembler, à part un petit passage à vide en première période, preuve qu’il reste encore des choses à régler pour rêver de titre le 18 décembre prochain. Pour le reste, l’attaque déroule, Olivier Giroud a dépassé Thierry Henry et Kylian Mbappé ne tardera pas à le rejoindre et le doubler, lui l’auteur d’un nouveau doublé dans cette Coupe du monde.

Giroud a bien choisi son moment

C’est à 16h44, heure française, depuis le stade Al Thumama, dans la banlieue est de Doha, qu’Olivier Giroud est définitivement entré dans la grande histoire de l’équipe de France. D’un regard, il cherche la caméra et fait un cinq et un deux avec ses mains. Oui, 5 et 2, 52, comme son 52e but en Bleu, qui le place au sommet du classement des buteurs tricolores, dépassant ainsi Thierry Henry et son record vieux de treize ans.

Si, à cet instant, après un but plus « Giroud’s style » tu décèdes - deux touches de balles, à la limite du hors-jeu, contrôle et frappe croisée du gauche petit filet opposé – on a voulu le serrer fort dans nos bras, on n’oublie pas qu’on est passé à ça de l’étrangler quelques minutes plus tôt. Après une perte de balle de Bereszynski, les Français se sont en effet retrouvés à jouer un quatre contre deux, Griezmann lançant Dembélé côté droit, ce dernier servant Giroud dans l’axe pour un but tout fait que le numéro 9 a réussi à croquer on ne sait comment. Quand bien même il y avait (paraît-il) hors-jeu de Dembouz' au départ de l’action, on ne rate pas un cadeau pareil, Olivier ! Surtout face à une bétonnière polonaise comme ça.

Des frayeurs (quand même) en première période

On s’attendait à ce que les coéquipiers de Lewandowski ne nous mâchent pas la tâche, on s’attendait moins en revanche à frissonner autant (et ce n’était pas la faute de la clim' pour  une fois) en défense. Du moins pendant dix grosses minutes en fin de première période, alors que le score était encore de 0 à 0. Les Bleus ont en effet pris plusieurs vagues dans le museau et montré une certaine légèreté dans le pressing. Et si on peut remercier Lloris sur ce sauvetage alerte à Malibu après ce scud de près de Zielinski (38e), puis Varane sur sa ligne dans la foulée sur un tir de Kmainski, on se rappellera quand même que tout est parti d’une passe scandaleuse du gardien français directement en touche.

Sa deuxième du match, après une première frayeur en début de rencontre. Et on en parle de ses mains en mousse sur une sortie aérienne pas franchement dangereuse sur le papier ? Ça passe contre la Pologne, ça passera peut-être moins au tour suivant pour peu qu’on se paie l’Angleterre et son armada offensive. A l’arrivée, le capitaine français aurait pu se rattraper en stoppant une première fois le péno (pour du beurre) de Lewandowski en fin de match, avant que l’arbitre ne demande à le retirer et qu’il soit cette fois pris à contre-pied.

Kyky s’occupe de tout

Une sous la barre à droite, une en pleine lucarne à gauche, merci, bonsoir, c’était Kylian Mbappé, mesdames et messieurs. Le tout en un quart d’heure, le dernier évidemment, celui qu’il préfère, celui où les grands joueurs sortent du bois pour ramener le commun des mortels à leur misérable statut de lambda. Le numéro 10 tricolore vient une nouvelle fois de marquer ce Mondial 2022 de son empreinte d’éléphant dans le sable du désert qatari, et on sent que ce n’est encore que le début.

Le voilà désormais à cinq buts, répondant à Leo Messi, auteur d’un but la veille contre l’Australie, et finissant par laisser tout le monde dans son rétroviseur pour se poser, seul, en tête du classement des buteurs. Le pire dans tout ça, c’est que le Parisien, qui dégage une impression de facilité, comme s’il jouait dans la cour de récré, nous donne la sensation d’en garder sous la godasse. Vivement la suite.