Coupe du monde 2022 : Mbappé est-il parti pour exploser le record de Klose en Coupe du monde ?

FOOTBALL Auteur du doublé synonyme de victoire face au Danemark, samedi, Kylian Mbappé a inscrit son septième but en neuf matchs de Coupe du monde seulement

Aymeric Le Gall
— 
Samedi, face au Danemark, Kylian Mbappé a inscrit le doublé qui qualifie les Bleus pour les 8es de finale de la Coupe du monde;
Samedi, face au Danemark, Kylian Mbappé a inscrit le doublé qui qualifie les Bleus pour les 8es de finale de la Coupe du monde; — Martin Meissner
  • L’équipe de France s’est imposée (2-1) face au Danemark samedi grâce à un doublé de Kylian Mbappé.
  • Avec sept buts inscrits en seulement neuf matchs de Coupe du monde, le Parisien continue d’époustoufler le monde par ses performances et ses statistiques.
  • A seulement 23 ans, Mbappé a encore du temps devant lui pour inscrire son nom parmi les légendes de la reine des compétitions.

De notre envoyé spécial à Doha,

On va vous emmener ce samedi soir dans les coulisses de ce Mondial façon 20 Minutes et vous raconter le cas de conscience qui fut le notre après ce beau succès des Bleus face au Danemark, qui les envoie tout droit en 8e de finale. Que devait-on écrire tant il s’est passé des choses à Doha ? Un papier sur Griezmann, le nouveau box-to-box des Bleus ? Sans aucun doute. Un autre sur la force de frappe nucléaire de cette équipe de France ? Oui, mon général. Mais après ? Ça serait pas mal quand même de se projeter sur le match contre la Tunisie, mercredi, et d’évoquer le turn-over que va pouvoir se permettre d’effectuer Didier Deschamps afin d’impliquer un maximum de joueurs dans cette aventure.

Mais ça sous-entendrait de zapper l’article sur Kylian Mbappé, auteur d’un doublé et qui trône déjà en tête du classement des buteurs de cette Coupe du monde. Haaaaaa tempête sous un crâne ! Et soudain, la lumière fut. En tombant sur cette stat qui vaut ce qu’elle vaut, c’est-à-dire beaucoup, et qui dit que le buteur français est devenu, avec Pelé, le premier joueur de moins de 24 ans à atteindre la barre des sept buts en Coupe du monde. Les dés sont jetés. Ça sera donc un Mbappé !

A la chasse des légendes du jeu

Le départ de Benzema a dû certes coûter à Kylian. Les clés de l’attaque française et, donc, du camion bleu-blanc-rouge sont désormais entre ses seules mains. Ne disait-on pas dans l’entourage des Bleus au lendemain du départ du Madrilène qu’il y avait désormais 25 « guerriers » derrière Mbappé ? S’il n’est évidemment pas seul à mener l’attaque tricolore - le doublé de Giroud au premier match et la performance de zinzin de l’espace de Dembouz samedi en attestent – il n’empêche, du haut de ses 23 ans, Kylian Mbappé est bien l’homme sur qui tous les espoirs reposent. Celui qui doit faire la différence, le facteur X, ou encore le clutch player pour nos amis basketteurs d’outre-Atlantique. C’est ce qu’il a fait ce samedi. D’abord, en ouvrant le score après une remontée de balle de près de 40 mètres et un une-deux avec Théo Hernandez. Ensuite, en libérant les Bleus d’un but de fouine de la cuisse, après que les Danois sont revenus au score contre le cours du jeu.

Avec déjà sept buts en Coupe du monde (en neuf petits matchs), à neuf longueurs de l’Allemand Miroslav Klose, le meilleur buteur de l’histoire de la compétition avec 16 pions inscrits en quatre éditions, Mbappé est sur la voie royale pour remonter ce classement à toute balle et laisser dans son rétro des légendes du jeu comme Gabriel Batistuta (10 buts), Gary Lineker (10), Jurgen Klinsmann (11), Pelé (12), Gerd Müller (14) ou Ronaldo le Brésilien (15). Sans aller jusqu’à nous le garantir sur facture au soir de cette victoire face aux Danois, Jules Koundé admet que la machine est lancée. « Quand on connaît un peu Kylian, on sait qu’il veut marquer chaque compétition qu’il dispute de son empreinte, et il est en train de le faire en Coupe du monde », affirme celui qui a remplacé Benjamin Pavard sur le côté droit de la défense samedi.

Au moins trois Coupes du monde encore à jouer

Sachant que le gonze fêtera ses 24 ans deux jours après la finale du 18 décembre, le calcul est vite fait. En partant du principe (de manière plus réaliste que présomptueuse, vous nous l’accorderez) que les Bleus ne manqueront aucun rendez-vous de Coupe du monde ces prochaines années, il lui en reste combien à jouer après celle-ci ? Disons deux de manière tout à fait certaine - il aura 32 ans en 2030 - mais ça n’a rien de déconnant de tirer jusqu’à trois, voire quatre si on est optimiste et que l’on croit aux progrès éternels de la science. Interrogé sur son coéquipier, Aurélien Tchouaméni avoue ne plus être surpris : 

On commence à avoir l’habitude. On le suit tous les week-ends et on sait de quoi il est capable. Ce que je peux dire, c’est que c’est vraiment bien de l’avoir à ce niveau-là avec nous. »

A sa suite dans la zone mixte du stade 974 de Doha, Raphaël Varane ne sait plus quoi dire quand il s’agit d’évoquer le cas de Kyky. Quand on lui dit que c’est pas mal d’avoir un tel phéno dans son équipe, il rigole : « Ça aide hein ! C’est un joueur de grand talent qui fait des différences à tout moment. Ce qu’on s’était dit avant le match, c’était d’être solide collectivement, d’avoir cet état d’esprit, cette rage de vaincre pour ensuite pouvoir mettre les joueurs de devant dans les meilleures dispositions. C’est un travail collectif mais, à l’arrivée, évidemment, c’est le talent qui fait la différence. »

En quatre ans, Mbappé a gagné le respect de tous

Le pire si l’on ose dire, c’est que le garçon a eu du mal à entrer dans son match. A la pause, le sentiment était mitigé à son égard en tribune de presse. La suite a mis tout le monde d’accord. Si le Parisien avait parfois pu irriter un peu ses coéquipiers en 2018 de par la trop grande confiance qu’il avait affichée lors de sa conférence de presse, il avait fini là aussi par mettre tout le monde d’accord de par ses performances XXL.

Quatre ans après, la donne a forcément changé. Du surdoué tout timide qui se faisait tout petit dans le vestiaire, le Bondynois est devenu un cadre de cette équipe. Et pas seulement sur le terrain. Aurélien Tchouaméni : « Il fait partie des leaders techniques de ce groupe mais il l’est aussi par la voix. La chance qu’on a dans cette équipe, c’est que tout le monde est capable d’écouter et de dire ce qu’il pense. Tout le monde a la possibilité de s’exprimer et Kylian n’hésite pas à prendre la parole depuis le début du rassemblement. » 

Ecouté et respecté par tout le groupe, Mbappé est comme un poisson dans l’eau dans ce rôle de leader incontesté. On a trouvé le nouveau mantra des Bleus en 2022 : Kylian pour tous et tous pour Kylian (prend ça, Alexandre Dumas).