Coupe du monde 2022 : Le Qatar expulse des travailleurs migrants pour faire de la place aux touristes

FOOTBALL Des employés municipaux et des agents sont arrivés pour nettoyer et fermer une douzaine de bâtiments dans la banlieue de Doha, un peu plus de trois semaines avant le premier match

20 Minutes avec AFP
Des camps pour travailleurs migrants installés à la sortie de Doha.
Des camps pour travailleurs migrants installés à la sortie de Doha. — Jewel SAMAD

Les autorités qataries ont expulsé des centaines de travailleurs migrants de bâtiments situés au centre de Doha, en pleins préparatifs de la Coupe du monde de football, ont rapporté samedi des habitants et des ouvriers.

Des employés municipaux et des agents sont arrivés mercredi soir pour nettoyer et fermer une douzaine de bâtiments, un peu plus de trois semaines avant le début du Mondial le 20 novembre, ont expliqué des résidents.

Des bâtiments inhabitables, vraiment ?

La zone concernée, en grande partie située dans le quartier Al-Mansoura, a été réaménagée ces dernières années et certains supporters de la Coupe du monde y séjourneront.

Selon un porte-parole du gouvernement, les bâtiments étaient « inhabitables ». Il a ajouté que les autorités avaient agi en vertu d’une loi de 2010 contre « les logements informels ». Un préavis a été donné aux occupants et « les autorités s’assurent toujours que les personnes soient relogées dans un endroit sûr et approprié », selon la même source.



Younes, un chauffeur bangladais, rencontré sur place samedi matin trois nuits après avoir été expulsé de son logement, a expliqué avoir dormi à l’arrière de son pick-up dans une rue du quartier.

Des travailleurs qui n'avaient pas de bail 

Le patron sud-asiatique d’un magasin ouvert 24 heures sur 24 à Al Mansoura et qui a assisté aux expulsions opérées dans deux bâtiments, a déclaré que la plupart des travailleurs ne payaient pas de loyer et n’avaient pas de bail.

Les migrants - majoritairement originaires d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Népal, des Philippines et de pays africains comme le Kenya et l’Ouganda - représentent plus de 80 % des 2,8 millions d’habitants du Qatar.

Le Qatar a été critiqué pour les décès, les blessures et les salaires impayés des ouvriers travaillant dans les chantiers du mondial. Mais les syndicats internationaux disent qu’il y a eu une amélioration drastique des conditions ces dernières années.