Coupe du monde 2018: «Je voulais leur montrer du respect», pourquoi Griezmann n’a pas célébré son but contre l’Uruguay

FOOTBALL Le Français est resté jusqu’au bout fidèle à son amour pour le foot uruguayen…

J.L.

— 

Antoine Griezmman, le 6 juillet 2018 contre l'Uruguay.
Antoine Griezmman, le 6 juillet 2018 contre l'Uruguay. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial à Nizhny Novgorod,

Au début, on a pensé qu’il se l’était joué discret parce que son but devait moins à sa frappe flottante-mais-pas-incroyable-non-plus qu’à la grossière faute de mains de Muslera qui a tué le match à une demi-heure de la fin. Et puis on s’est rappelé. Quand il n’est pas Français, Antoine Griezmann se sent Uruguayen jusqu’au bout des ongles. C’est en pensant à tout ce qu’il croit devoir à cette façon de voir le foot qu’il s’est abstenu de célébrer le deuxième but des Bleus contre la Celeste.

«Depuis mes premiers pas en tant que footballeur professionnel, j’ai toujours eu un Uruguayen auprès de moi pour m’aider, dans les bons moments comme les mauvais. Ce sont eux qui m’ont fait découvrir ce sport, et j’ai beaucoup de respect vis-à-vis d’eux, parce que ce sont des amis aussi »

Grizou fait référence à Godin et Gimenez, ses collègues à l’Atletico, et même un peu plus que ça puisque le premier est le parrain de sa petite fille. Le buteur tricolore est allé consoler ses partenaires de club sans en faire trop non plus. « On ne peut pas dire grand-chose dans ces moments-là, ils auront l’opportunité d’en jouer d’autres. Ils ont fait un Grand mondial. Mais bon, j’ai quand même célébré un peu dans le vestiaire ». Encore heureux. Pas toujours juste techniquement dans ses remises à une touche qui avaient au moins l’intention d’accélérer le jeu, Griezmann a fait vrombir le moteur après le repos, alors qu’il avait déjà été décisif en déposant le ballon sur la tête de Varane en première période.

Pogba au barreau : « Comme je vous l’ai déjà dit, on ne touche pas au Grizou, Griezmann il a toujours été bon, il a toujours fait des performances pour l’équipe. Il a été décisif, comme il avait été décisif quand il était critiqué ». Promis Paulo, on va se taire. Même si on veut bien que Griezmann célèbre son triplé comme il se doit lors de la demi-finale qui vient.