VIDEO. Coupe du monde 2018: «Cette jeune équipe m'étonne», joie maîtrisée dans les rues de Strasbourg après Uruguay-France (0-2)

FOOTBALL Les bras se sont levés et les klaxons ont résonné dans les rues après la victoire de la France contre l'Uruguay en quarts de finale de la Coupe du monde (2-0). Petit récit, depuis une terrasse à Strasbourg...

B.P. et A.I.

— 

Joie des supporters français après la victoire contre l'Uruguay en quarts de finale du Mondial à la terrasse du Trolley Bus à Strasbourg. Lancer le diaporama
Joie des supporters français après la victoire contre l'Uruguay en quarts de finale du Mondial à la terrasse du Trolley Bus à Strasbourg. — B. Poussard / 20 Minutes.

L’important, c’est les demies. A Strasbourg, pas question pour les supporters des Bleus rassemblés sur la terrasse du Trolley Bus de faire la fine bouche à l’issue du quart de finale du Mondial entre l'Uruguay et la France (0-2). Devant les deux grandes télés sorties pour l’occasion, ces fans français ont largement laissé éclater leur joie.

Après quelques pintes, Fred est heureux : « Les Français ont dans l’ensemble bien joué, il y a eu des erreurs des Uruguayens mais pas grave : l’important, c’est qu’on marque et qu'on gagne et qu’on aille au bout ! » Peu importe la manière donc. « Même si ce n’était pas si mal que ça », analyse vite le garçon vêtu d’un maillot de l’équipe de France.

Des employés libérés pour voir le quart de finale

Descendu de son bureau situé à deux pas, Jérôme, la quarantaine, ne voulait pas non plus rater ça. Devant la pression de ses employés et sa volonté d’assister au match dehors et en public, l’Alsacien avait décidé de libérer tout le monde avant 16h. Avec son drapeau tricolore et son tee-shirt France 98, l’homme, plus maîtrisé, est libéré.

« Je suis très soulagé, parce que le résultat n’était pas trop sûr au début, mais finalement, la France a maîtrisé et bien tenu le match, confie-t-il. Je pensais être moins serein. Cette jeune équipe m’étonne, ils sont sûrs d’eux. » Quelques klaxons se font entendre, mais la joie est modérée. Pour la suite, rendez-vous mardi. Face au Brésil, où à la Belgique ?