Benjamin Mendy accusé de viols : « Je ne suis pas Brad Pitt, elles ne venaient pas pour mon look », déclare le joueur

JUstice Pour la première fois depuis le début de son procès, le défenseur de Manchester City a pris la parole en longueur, ce lundi, au tribunal de Chester

A.H.
Benjamin Mendy à son arrivée à la Chester Crown Court (archives)
Benjamin Mendy à son arrivée à la Chester Crown Court (archives) — Ioannis Alexopoulos/LNP/Shutters
  • Benjamin Mendy est accusé de sept viols, d’une tentative de viol et d’une agression sexuelle contre sept femmes.
  • Ce lundi, l’ancien joueur de Monaco et Marseille a pris la parole en longueur pour la première fois depuis le début de son procès.
  • Il a notamment évoqué son rapport aux femmes et la « facilité » qu’il avait à avoir des relations sexuelles.

Le dossier de l’accusation a été fermé ce lundi, en début d’après-midi. Et la parole a été laissée à Benjamin Mendy. Pour la première fois depuis le début de son procès où il est accusé de sept viols, d’une tentative de viol et d’une agression sexuelle contre sept femmes, l’ancien arrière gauche de Manchester City s’est exprimé en longueur devant la Chester Crown Court.

Après avoir raconté en anglais son ascension fulgurante, de jeune joueur au Havre à latéral confirmé à Manchester City, au milieu d’une famille très modeste, qu’il ne voyait qu’à de rares occasions lorsqu’il était au centre de formation du club normand, Benjamin Mendy est revenu sur sa relation avec les femmes. « C’était si facile [d’entrer en contact] avec des femmes et d’avoir des relations sexuelles avec elles », a expliqué le joueur passé par Marseille et Monaco, rapporte le Manchester Evening News.

Si les femmes ne veulent pas, « j’accepte et j’arrête »

« La façon dont les femmes venaient à moi, je n’avais jamais eu ça auparavant. [Il a] reçu de nombreux messages sur Instagram [de femmes] », indique le journaliste de France Info Richard Place, présent au procès. Et que cela s’est multiplié par dix lorsqu’il est arrivé à Manchester City : « Je sais que je ne suis pas Brad Pitt. Si elles s’approchaient de moi, ce n’était pas pour mon look… Mais parce que j’étais footballeur. » Le footballeur indique qu’il était très direct avec les femmes : « Pour moi, si elles voulaient avoir des relations sexuelles et que je le voulais, tout allait bien. »




Interrogé par son avocate, Eleanor Laws, sur le fait de savoir quelle était sa réaction si une femme ne voulait pas avoir de relation sexuelle, Benjamin Mendy a assuré qu’il « l’acceptait et arrêtait ». Le natif de Longjumeau (Essonne) a également expliqué qu’il pouvait avoir des relations sexuelles avec plusieurs femmes la même nuit, et même avec des femmes qui avaient couché avec ses amis le même jour : « Pour moi, c’était normal, je viens de comprendre que ça sonne mal. »



« J’ai réalisé beaucoup de choses en prison »

Benjamin Mendy a reconnu avoir continué à faire la fête et sortir, même après ses premiers interrogatoires par la police à la suite des premiers dépôts de plainte. « Quand je me sentais heureux, c’est quand je buvais et faisais des fêtes. Quand j’étais en prison, j’ai réalisé beaucoup de choses. En prison, vous vous asseyez toute la journée et la seule chose que vous pouvez faire, c’est réfléchir. Réfléchir à la façon dont je couchais avec différentes femmes, la façon dont je sortais. »

Le champion du monde 2018 avec les Bleus a ensuite expliqué avoir pris conscience de la valeur de l’argent en prison : « C’est la première fois que je pensais à ce que je pouvais acheter pour manger chaque jour. Je gagnais environ 4 £ par jour, que je dépensais à la cantine pour acheter de la nourriture. » Son interrogatoire se poursuivra mardi.