Bordeaux : Ground, une structure aux petits soins pour les sportifs

FOOTBALL Ground Bordeaux, dont l’agent de joueurs de football Christophe Hutteau est l’un des fondateurs, vient d’ouvrir ses portes à Bordeaux

Clément Carpentier
— 
L'équipe de GROUND autour de Christophe Hutteau (tout à gauche).
L'équipe de GROUND autour de Christophe Hutteau (tout à gauche). — Clément Carpentier / 20 Minutes
  • Ground Bordeaux est une sorte de complexe sportif dédié à la performance des athlètes de haut niveau mais aussi de tout un chacun.
  • Grâce à une équipe de professionnels (ostéopathe, préparateur physique, conseiller, préparateur mental…), elle se veut un complément des clubs en individualisant un maximum le suivi du sportif.
  • L’objectif n’est pas de concurrencer les staffs des clubs mais d’apporter de multiples compétences à l’athlète sur un même lieu.

C’est le genre de structure qui pourrait bientôt pousser comme des champignons. Elle s’inspire du concept des maisons de santé. Sauf que là elles sont avant tout destinées à améliorer la performance sportive de tout un chacun et en particulier des athlètes de haut niveau. C’est avec cette idée en tête que cinq associés dont l’agent de joueurs de football Christophe Hutteau ont ouvert il y a quelques semaines Ground Bordeaux Depuis, ils accueillent sous les voûtes d’un magnifique immeuble situé non loin de la place des Quinconces leurs premiers clients.

La salle de sport avec un pôle cognitif.
La salle de sport avec un pôle cognitif. - Clément Carpentier / 20 Minutes

En cette matinée de juin, on y trouve notamment Théo Pellenard, défenseur de l’AJ Auxerre formé aux Girondins de Bordeaux. Il y soigne quelques petites bobos et garde la forme pendant cette intersaison avant de retrouver les terrains de Ligue 1 avec son club. « Aujourd’hui, les clubs sont bien structurés, c’est indéniable mais le joueur, il a quand même besoin souvent d’aller chercher un petit peu plus, explique Maxime Guichard, conseiller sportif spécialisé en développement personnel. Du coup, le joueur va un peu à droite, à gauche pour chercher des compétences mais le problème, c’est l’absence de liaison avec son club et même entre les spécialistes. Chacun fait son truc de son côté. On s’est dit qu’il fallait créer un lieu commun où tout le monde bosse ensemble autour du joueur. »

Des sportifs de plus en plus demandeurs

Sur place, on trouve donc un ostéopathe, un préparateur physique, un préparateur mental et cognitif… Et Christophe Hutteau :

« On n’invente rien ! On s’inspire juste de ce qui se fait aux Etats-Unis depuis plus de dix ans avec les sportifs de haut niveau. C’est-à-dire que chaque athlète, peu importe la discipline, est ultra-encadré. Plus globalement, tous les grands sportifs travaillent avec tout un staff autour d’eux. Il n’y a pas de hasard. Je pense que l’individualisation du job est capitale aujourd’hui »

Théo Pellenard abonde en rappelant « qu’on tend de plus vers un accompagnement privé à l’extérieur des clubs pour les joueurs ».

Ground est équipé de bains froid et chaud.
Ground est équipé de bains froid et chaud. - Clément Carpentier / 20 Minutes

Chez Ground Bordeaux, tout part d’une étude de projet avec comme « socle de départ, la santé du sportif » pour Maxime Guinchard au milieu des bains froid et chaud de la structure. Il y a aussi une salle de sport équipée de nombreux appareils connectés pour travailler tout l’aspect cognitif. Théo Pellenard pointe un autre avantage : « Par exemple sur l’analyse vidéo, il y a très peu de retours individuels dans toute une saison au club car ce serait un boulot titanesque. Là je peux échanger sur mes performances après chaque match avec l’équipe qui peut me préparer un petit montage vidéo. » Et sans dire qu’il doit tout à cette structure et à son équipe, le défenseur de 28 ans remarque que depuis qu’il s’appuie dessus, il vit un vrai rebond dans sa carrière après plusieurs saisons de galères.

Concurrent ou complémentaire des clubs ?

Si pour Christohe Hutteau c’est un « vrai plus » pour ses joueurs, on peut se demander comment les clubs de ces derniers perçoivent une structure comme celle-ci. A ce sujet, Maxime Guichard rappelle tout de suite que « l’objectif, c’est de travailler en parfaite collaboration » :

« D’ailleurs, ça se passe bien avec la plupart des clubs. Très peu voient cela comme du surentraînement. Nous, on est sur une activité de l’ombre et un suivi à long terme. On est là pour développer l’homme chez le joueur et pas le joueur d’un club. »

Pour Théo Pellenard, « cela dépend avant tout de la personnalité de chacun, de l’ouverture d’esprit et je dirais même de l’intelligence de chacun. A Valenciennes, on a eu des petits soucis au départ par exemple mais à Auxerre, c’est très sain, tout le monde communique ». Tout ça sans se regarder en chien de faïence et avec, au final, un objectif commun, un joueur performant sur le terrain.