Ligue 1 : Miracle, fatalisme et désespoir… Comment les supporteurs voient la lutte pour le barrage ?

FOOTBALL Messins et Stéphanois vont se battre lors de cette dernière journée pour décrocher la place de barragiste alors que les Bordelais sont déjà quasiment en Ligue 2

Clément Carpentier
— 
Le Messin De Préville, le Stéphanois Mangala et le Bordelais Mara.
Le Messin De Préville, le Stéphanois Mangala et le Bordelais Mara. — JEFF PACHOUD - Jean-Christophe Verhaegen - ROMAIN PERROCHEAU/ AFP
  • Metz, Saint-Etienne et Bordeaux vont tenter de sauver leur tête en Ligue 1 lors de cette 38e journée.
  • Ils se déplacent tous les trois à Paris, Nantes et Brest ce samedi (21h).
  • Les supporteurs Lorrains croient de plus en plus au miracle. Les Stéphanois, eux, comptent plus sur Mbappé que sur leurs joueurs. Enfin, les Bordelais se préparent déjà à la Ligue 2.

Trois pour une place. Cela faisait belle lurette que l’on n’avait pas connu telle situation en Ligue 1. Avant le dernier épisode de cette saison 2021-2022 ce samedi, aucun club n’est mathématiquement et donc officiellement relégué. Metz, Saint-Etienne et Bordeaux peuvent encore accrocher la place de barragiste. Ça, c’est sur le papier. Dans la réalité, seuls les deux premiers peuvent encore rêver de sauver (provisoirement) leur peau. Avec trois points de retard et une différence de buts très défavorable sur les Lorrains et les Verts, il faudrait plus qu’un miracle pour les Marine et Blanc.

La lutte va donc avoir lieu entre des Messins qui se déplacent au Parc des Princes pour y défier un PSG déjà champion et des Stéphanois en visite à la Beaujoire face à des Nantais qui n’ont absolument plus rien à jouer. Pour être complet, les Bordelais, eux, sont attendus au stade Francis Le Blé pour y affronter Brest pour leur dernier match en Ligue 1 avant un bout de temps. Avant le dénouement de cette course au maintien, 20 Minutes a décidé de donner la parole aux supporteurs de ces trois équipes.

Les Messins croient au miracle

Ceux qui y croient le plus sont indéniablement les Messins. Pas parce qu’ils occupent avant cette dernière journée la place de barragiste grâce à une meilleure différence de buts que les Verts mais simplement parce qu’ils reviennent de l’enfer. Comme le rappelle Damien, « la situation était désespérée début mai » avec sept points de retard sur la place de barragiste à quatre journées de la fin de la saison. « Je ne peux que croire à un éventuel maintien au regard du retournement de situation inespéré réalisé lors des deux dernières journées (avec notamment des victoires sur Lyon et Angers) » se persuade Olivier alors que pour Marc, « si on parvient à éviter la relégation, cela relèvera du miracle en grande partie, mais aussi et surtout de la médiocrité de Bordeaux et de Saint-Etienne ».



Mais attention, si sur le papier le FC Metz a son destin entre ses mains, ce n’est pas vrai pour Lionel « au vu de l’affrontement face au PSG qui aura à cœur de fêter le titre comme il se doit devant son public. » Finalement, c’est Félix qui résume le mieux l’état d’esprit des supporteurs Lorrains : « Crainte à Metz que des faits de match ou décision arbitrale favorise St Etienne dont le maintien en ligue 1 serait plus bankable pour la ligue que le maintien Messin. Espoir, que Paris lève le pied n’ayant plus rien à jouer. Bémol, que Mbappé fasse un gros match pour ses adieux. » Et oui, Kyky est vraiment partout. En attendant le verdict vers 23h, Olivier espère que son club « ne fera pas un nouvel aller-retour entre la Ligue 1 et la Ligue 2 » et en cas de descente, « c’est l’ambiance générale de la L1 qui me manquera la plus. » « Je suivrai toujours la ligue en espérant, si le FC Metz descend en L2, son retour le plus rapidement possible, ce qu’il fait généralement. »

Des Verts fatalistes dont la seule chance est de voir « un grand Mbappé face à Metz »

Du côté de Saint-Etienne, plus grand monde n’y croit malgré une situation pourtant loin d’être désespérée. Cela fait même « longtemps » que Serge n’y croit plus. Pourquoi ? « Les dernières saisons annonçaient déjà ce fait inéluctable », explique-t-il. Nicolas, lui, est carrément « écœuré de voir où en est le club à tous les niveaux » et « ne voit pas les Verts se maintenir ». « Malheureux », Thierry ne voit pas non plus « comment son club pourrait faire un résultat à Nantes au vu des derniers matchs (cinq matchs sans victoire dont quatre défaites d’affilée), et Metz va nous coiffer pour la place de barragiste ».

Pascal Dupraz, ici le mois dernier lors d'un match de Ligue 1 contre Troyes.
Pascal Dupraz, ici le mois dernier lors d'un match de Ligue 1 contre Troyes. - Mourad ALLILI/SIPA

Pourtant, comme le souligne Thimothée, « à Sainté on n’est pas franchement exigeant, on souhaite juste avoir des joueurs avec de l’envie, qui mouillent le maillot et qui donnent tout ! Aujourd’hui on a des plots. » Et c’est pour cette raison qu’ils ne comptent pas sur les hommes de Pascal Dupraz pour sauver le club : « Notre seule chance de nous maintenir ? Un grand Mbappé contre Metz et un arbitrage en notre faveur contre Nantes, genre un penalty imaginaire à la 90e. Et encore, si on finissait barragiste, il faudrait battre un mort de faim de la Ligue 2 (Auxerre). Autant dire qu’avec ces gars-là, c’est impossible. » En revanche, il ne faut pas compter sur les supporteurs Stéphanois pour abandonner leur club de toujours en cas de descente. « C’est triste mais je ne suis pas une girouette », tonne Jean-Marc alors que Matthieu ajoute : « L’ASSE n’est pas qu’un simple club, c’est notre vie. En verts et contre tous. »

Des Bordelais déjà tournés vers la Ligue 2

A Bordeaux, on a déjà mis les derniers clous sur le cercueil de ce monument du football français que sont les Girondins. Plus personne n’y croit, supporteurs comme joueurs et entraîneurs. Et pour le coup, on peut le comprendre. « Les prestations toute la saison ne permettent pas d’espérer quoi que ce soit, explique Jordi. Et même si un miracle arrivait et que les Girondins se maintiennent, ce ne serait vraiment pas mérité compte tenu de la saison catastrophique (et de la longue agonie qui dure depuis des années…). Mieux vaut repartir d’une page blanche en faisant le vide à tous les étages. » La très grande majorité des supporteurs bordelais sont dans cet état d’esprit aujourd’hui afin « d’assainir le club à tous les niveaux et de repartir de zéro », poursuit Nicolas.



Yoann va même plus loin : « Je suis content que l’on passe en Ligue 1 car le club est devenu ingérable ». « Il faut que l’équipe (staff et joueurs) retrouve une cohésion et une envie de jouer avec le maillot bleu marine avant de penser à être compétitif et la Ligue 2 est parfaite pour ça, il faut repenser le club et on reviendra plus fort », développe ce supporteur des Girondins. D’ailleurs pour Nicolas, « ce qui est le plus inquiétant c’est le risque de ne pas remonter direct pour les finances du club donc cela va être une saison sous haute tension et je pense que tous les supporteurs bordelais n’ont pas envie d’y rester, ce n’est pas la place de notre club. »