Girondins de Bordeaux : « Un manque de professionnalisme criant »… Josuha Guilavogui démonte son équipe

FOOTBALL Le milieu de terrain et capitaine des Girondins de Bordeaux a eu des mots très durs envers son équipe alors que le club s'apprête à descendre en Ligue 2 à la fin de la saison

C.C.
— 
Josuha Guilavogui, le capitaine des Girondins de Bordeaux.
Josuha Guilavogui, le capitaine des Girondins de Bordeaux. — Daniel Vaquero/SIPA
  • En tant que capitaine, Josuha Guilavogui est venu faire un premier bilan de la saison de Girondins de Bordeaux bientôt relégués en Ligue 2.
  • Il dit avoir « honte » et pointe aujourd’hui le manque de professionnalisme « criant » de certains de ses coéquipiers.
  • Pour l’instant, il n’exclut pas de rester au club même à l’échelon inférieur.

Il aura donc fallu attendre la dernière journée de Ligue 1 et surtout la très probable relégation du club en Ligue 2 pour voir un coach et son capitaine sortir enfin la « sulfateuse » aux Girondins de Bordeaux pour mettre des mots sur les résultats sportifs catastrophiques de l’équipe et les comportements non moins scandaleux de certains joueurs. Si cela arrive sûrement trop tard pour tenter de sauver quelque chose de cette saison, ça a au moins le mérite d’être dit.

Ce jeudi, David Guion puis Josuha Guilavogui n’ont en effet pas mâché leurs mots. Il était clairement temps pour eux de régler leurs comptes. Comme depuis son arrivée à Bordeaux cet hiver, le milieu de terrain est venu assumer devant la presse. Un Josuha Guilavogui touché mais pas complètement abattu qui n’exclut pas l’idée de rester au club en Ligue 2.

Comment abordez-vous ce dernier match ?

Il faut qu’on essaye de laisser une dernière bonne image. On ne peut pas aller là-bas en mode vacances et une nouvelle fois se faire trucider. Ce n’est pas possible même si la relégation est quasiment actée. Pour moi, c’est mon plus gros échec sportif. Je me sens responsable de cette descente, c’est quelque chose de très difficile à vivre.



Vous avez honte ?

Bien sûr ! Je peux vous dire que je ne vais pas en ville et me promener car je suis capitaine de cette équipe et j’ai ma part de responsabilité. J’ai honte, j’ai honte. Après je me dis que j’ai tout donné, que je suis resté fidèle à moi-même et que j’ai travaillé. Maintenant, il va falloir se relever.

Quelles sont les explications de cette relégation pour vous ?

Je pense qu’il y en a beaucoup. Je pense qu’on a eu les matchs pour se sauver, on a mené 13 fois au score donc on est les premiers responsables de cette descente. Nous, les joueurs, on n’a pas su faire le boulot. J’avais lu l’interview d’Arteta (l’entraîneur d’Arsenal) qui disait qu’avant de jouer au football, il faut courir et se battre. Je pense que la plupart du temps, on ne l’a pas assez fait.

Que pensez-vous de l’attitude extra-sportive de certains de vos coéquipiers ?

Ce n’est pas forcément à moi d’en parler. Ce sera à eux d’assumer ! Moi, je préfère en parler entre quatre yeux. Moi, je me suis mis en mode commando où il fallait être intransigeant sur l’extra-sportif. On ne pouvait pas se permettre des écarts car sur le terrain, c’était déjà assez dur. Apparemment, certains n’ont pas compris cela. Moi, j’ai honte.

Il y a un manque de professionnalisme dans ce club ?

Au niveau des joueurs, oui il y a eu un manque de professionnalisme. Après pour le reste du club, il faut poser les questions aux personnes concernées. Mais oui je dois l’avouer, il y a eu un manque de professionnalisme criant chez les joueurs.

Est-ce qu’en tant que capitaine vous avez essayé de remettre un cadre ?

Je pense que vous avez déjà eu toutes les informations à ce sujet. On a essayé de trouver des solutions et d’être radical. Je ne suis pas quelqu’un qui se cache, qui fuit ses responsabilités même si ce n’est pas facile d’être devant vous. Mais bon, c’est mon rôle d’assumer, d’aller au front.

Pourriez-vous rester aux Girondins en Ligue 2 ?

Franchement, je ne pense pas que ce soit la priorité. Je ne veux pas trop me projeter après quand vous avez un sentiment de honte, il faut vite le corriger et trouver le bon challenge pour ça. Peut-être que rester ici pour effacer ce sentiment est une solution. Mais avant de penser à ma petite personne, malheureusement il y a des employés qui vont perdre leur boulot donc ce n’est pas la priorité même si je n’exclus pas la possibilité de rester.

Pensez-vous que le club est capable de remonter dès la saison prochain ?

Il va falloir travailler extrêmement dur pour ça. Je vous avoue que si on descend avec la fleur au fusil, ça ne suffira pas. Il y a des motifs d’espoir, il y a de très bons jeunes à Bordeaux et il va falloir leur faire confiance.