Girondins de Bordeaux : Costil a vu la direction, le vestiaire au soutien de son gardien

FOOTBALL Après les incidents de dimanche avec ses propres supporteurs, Benoît Costil s’interroge sur son avenir aux Girondins de Bordeaux à seulement quelques mois de la fin de son contrat

Clément Carpentier
— 
Benoit Costil, le gardien des Girondins.
Benoit Costil, le gardien des Girondins. — THIBAUD MORITZ / AFP
  • Benoît Costil a eu une altercation avec l’un des leaders des Ultramarines avant d’être accusé de racisme par le groupe de supporteurs lors du match face à Montpellier.
  • Depuis, il a rencontré sa direction et réfléchit à son avenir au sein du club.
  • Le vestiaire lui a apporté son soutien ce lundi et pourrait publier un communiqué en ce sens. Le club, lui, n’a toujours pas réagi.

La tension reste extrêmement forte aux Girondins de Bordeaux après l’après-midi cauchemardesque vécu dimanche, entre la nouvelle défaite à domicile face à Montpellier (0-2) à 11 contre 9 et les incidents avec les supporteurs pendant et après la rencontre. L’affaire Benoît Costil cristallise celle-ci. Le gardien international a eu une altercation avec l’un des leaders des Ultramarines, le plus grand groupe de supporteurs bordelais avant d’être tout simplement accusé de racisme par ces derniers.



Comme le révélait 20 Minutes, sous le coup de l’émotion, Benoît Costil a annoncé dès la fin de la rencontre à certains coéquipiers et salariés qu’il allait rapidement quitter le club. Ce lundi, le portier semblait un peu moins affirmatif. Il s’est présenté à l’entraînement pour le décrassage avant de rencontrer le directeur technique, Admar Lopes, avec son représentant. A ce stade, il n’y aurait pas de négociations à proprement parler sur une possible rupture de contrat avant la fin de saison, mais une réflexion sur son avenir. On ne sait pas encore si le joueur compte porter plainte après ces accusations de racisme et surtout si les Ultramarines comptent apporter publiquement des preuves à leurs accusations.

Une lettre de soutien en réflexion

Dans le vestiaire et l’entourage du club, peu de personnes comprennent cette accusation. Plusieurs d’entre elles comme Grégory Coupet, l’actuel entraîneur des gardiens, ou Frédéric Roux, ancien portier du club et proche de Benoît Costil, lui ont apporté leur soutien. Des joueurs tels que Enock Kwateng et Mbaye Niang ont également réfuté tout acte de racisme de la part de leur coéquipier au cours d’échanges avec les supporteurs après la rencontre, précise Sud Ouest.



Ce lundi, c’est tout le vestiaire qui a apporté son soutien au gardien lors d’une réunion de cohésion de groupe avec la direction qui était représentée par Admar Lopes, Thomas Jacquemier (directeur général) et James Steven (l’un des bras droits). Depuis, les joueurs songent à publier un communiqué de soutien en leurs noms, faute de communication officielle du club. La réflexion est toujours en cours ce mardi matin mais ils souhaitent que cette lettre soit solide juridiquement et surtout validée par tous, notamment les internationaux pas forcément sur place lors de cette trêve. En attendant, l’après-midi pétanque de ce mardi a été annulée…