Equipe de France féminine : Au Tournoi de France, les Bleues gagnent 2-1 contre le Brésil grâce à Katoto

FOOTBALL A trois jours du choc contre les Pays-Bas, la joueuse du PSG a porté son total de buts en sélection à 21 en seulement 25 apparitions

20 Minutes avec AFP
Marie-Antoinette Katoto tire pour marquer un but lors du match gagné 2-1 par la France contre le Brésil, à Caen le 19 février 2022.
Marie-Antoinette Katoto tire pour marquer un but lors du match gagné 2-1 par la France contre le Brésil, à Caen le 19 février 2022. — AFP

Les Bleues engrangent encore un bon résultat au Tournoi de France. L’équipe peut surtout dire merci à Marie-Antoinette Katoto qui s’est offert un doublé samedi à Caen alors que le match était mal embarqué contre le Brésil (2-1). La joueuse continue ainsi d’affoler les compteurs avant l’Euro.

Si la sélectionneuse Corinne Diacre se demande encore qui portera les statistiques offensives lors du Championnat d’Europe en Angleterre (6-31 juillet), cette rencontre de gala face aux Brésiliennes a sans doute évacué les derniers doutes. A 23 ans, Katoto a en effet confirmé qu’elle était clinique en toutes circonstances devant le but, même lorsqu’elle reçoit peu de ballons comme samedi soir.

Le choc mardi contre les Pays-Bas

Opportuniste pour égaliser sur une erreur de la gardienne (23e), puis idéalement placée pour offrir la victoire aux siennes sur une passe de Kadidiatou Diani (59e), la buteuse du PSG a porté son total de buts en sélection à 21, en 25 apparitions seulement ! Et cela, quelques jours après être devenue la meilleure buteuse de l’histoire du PSG féminin (134 buts). L’attaquante permet aux Bleues de prendre la tête du Tournoi de France à trois jours du choc contre les Pays-Bas, vainqueurs plus tôt de la Finlande (3-0).

Après avoir aligné une équipe remaniée contre la Finlande mercredi au Havre (5-0), Diacre a cette fois surpris par ses choix défensifs, titularisant notamment une arrière centrale, Hawa Cissoko, au poste de latérale droite. La joueuse de West Ham, inexpérimentée dans cette position, a manqué de justesse dans la phase offensive et perdu de nombreux ballons au mauvais endroit, face au pressing intense de la Seleçao. Sans repères, Cissoko a laissé sa place dès la 56e minute.

Travailler sur la cohésion du groupe

Mais la titulaire la plus scrutée du soir a logiquement été Kheira Hamraoui. Trois mois après son agression à coups de barres de fer, la Parisienne a fêté sa première titularisation avec les Bleues depuis octobre 2016, une éternité… L’ancienne Barcelonaise avait des points à prendre. Mais sa prestation a été ternie d’une grosse faute sur Debinha dans sa propre surface, un penalty indiscutable transformé par la « reine » Marta (19e).

Piquée au vif par ce but encaissé, le premier pour les Bleues depuis six matchs, Hamraoui a immédiatement tenté une frappe lointaine, contrée, puis mal négociée par la gardienne Leticia, celle-ci laissant à Katoto un boulevard pour marquer (23e). Une réalisation libératrice pour les 12.050 spectateurs du stade d’Ornano, mais un peu moins par les Françaises : comme souvent ces dernières semaines, la célébration entre Hamraoui et ses coéquipières du PSG Diani et Katoto est restée pour le moins frileuse.

C’est tout le défi qui attend d’ailleurs l’encadrement d’ici l’Euro : faire cohabiter les internationales en faisant passer « la cohésion » et « l’humilité » au-dessus des rapports parfois tendus qu’entretiennent certaines joueuses, selon les deux mots-clés avancés par Diacre ces derniers jours.