FC Nantes : Avec deux campagnes de crowdfunding, les supporters doivent mettre la main à la poche pour préparer l'après-Kita

LA MAIN À LA POCHE Le Collectif nantais, qui souhaite reprendre le FC Nantes, a annoncé par la voix de Mickaël Landreau le lancement futur d'un crowdfunding. Un nouvel appel à contribution auprès des supporters, après l'actionnariat populaire lancé par A la nantaise

Pierre-Alexandre Aubry
— 
Les supporters du FC Nantes sont mis à contribution avec l'annonce d'une campagne de crowdfunding par le Collectif nantais.
Les supporters du FC Nantes sont mis à contribution avec l'annonce d'une campagne de crowdfunding par le Collectif nantais. — Jeffroy Guy/SIPA
  • Notamment représenté par Mickaël Landreau, le Collectif nantais prépare un projet de reprise du FC Nantes.
  • Un crowdfunding sera lancé auprès des supporters et amoureux du FC Nantes. Un appel à contribution qui rappelle celui d'A la nantaise, qui a lancé un actionnariat populaire, de son côté.
  • Pour l'heure, Waldemar Kita n'a pas annoncé qu'il souhaitait vendre le club. 

Si le FC Nantes n’est officiellement pas à vendre, le projet de reprise par le Collectif nantais, lui, continue d’avancer ses pions. Mickaël Landreau était interrogé sur France 3 Pays de la Loire, pour donner des nouvelles de ce projet de reprise du club. « Aujourd’hui, on a deux dossiers solides avec qui on travaille et qui pourraient venir avec nous pour racheter le FC Nantes », a-t-il déclaré, expliquant également que le Collectif nantais examinait actuellement « deux, voire trois dossiers » de potentiels investisseurs.

Le Collectif nantais, qui espère réunir 20 millions d’euros pour se lancer dans le rachat du FCN, devrait aussi mettre en place « un crowdfunding populaire, avec une participation à partir de 100 € ». Effet de communication ou véritable avancée ? Cette annonce semble, en tout cas, plaire aux supporters nantais. « Je trouve que cela va dans la démarche de cimenter l’élan d’un projet de reprise qui soit ancré localement », explique Thierry Tissot, président d’Activ Nantes Supports, groupe de supporters des Jaune et Vert. Plus qu’une participation financière, l’idée est, selon lui, « d’impliquer » tous ceux qui suivent leur club de cœur. « Ici, l’engagement se matérialise ».

Mickaël Landreau et Philippe Plantive, dirigeant de Proginov.
Mickaël Landreau et Philippe Plantive, dirigeant de Proginov. - D.P. / 20 minutes

Deux pour le prix d’un ?

Un engagement qui n’est pas sans rappeler celui proposé par A la nantaise, qui avait lancé un actionnariat populaire pour peser sur un potentiel rachat du club. Au travers d’une Société par actions simplifiées (SAS), elle annonçait son souhait, l’été dernier, de réunir 3 millions d’euros auprès des supporters, par une participation minimum de 100 €, 50 € pour les demandeurs d’emploi et les étudiants. Aujourd’hui, ce sont environ 500 actionnaires qui ont rejoint A la nantaise.

Si la SAS est encore bien loin des 30.000 supporters espérés, son projet pourrait bien être freiné par le crowdfunding populaire annoncé par le Collectif nantais, représenté entre autres par Mickaël Landreau et Philippe Plantive, patron de l’entreprise Proginov. « On a exprimé notre soutien sur le projet du Collectif nantais. On a une approche complémentaire de la leur », indique Jean-Pierre Clavier, vice-président d’A la nantaise.

« Les supporters sont libres »

Une sursollicitation des supporters est-elle à craindre ? Jean-Pierre Clavier y voit une bonne chose, et tente un appel du pied au Collectif nantais. « On verra. Les supporters sont libres. On a deux SAS dans le paysage nantais qui ont émergé. C’est quand même assez unique. Cela montre la richesse du débat. Il faut qu’à la fin du compte, on se retrouve ».

Les deux projets se retrouvent dans leur vision du FC Nantes à long terme, mais l’arrivée d’un nouvel appel à contribution des fans pourrait brouiller les pistes. « Pas forcément », répond Thierry Tissot. Le supporter explique qu’ils sont beaucoup à souhaiter participer financièrement, « mais sans forcément vouloir siéger au Conseil d’administration (CA) du club ». C’est là que le Collectif nantais se différencie. Car la participation financière ne signifie pas l’actionnariat. Les contributeurs auront voix au chapitre en ayant la possibilité de nommer deux personnes au CA. La date de lancement de cette campagne de financement participatif n’est, pour l’heure pas connue. Une chose est sûre : les supporters se tiennent prêts.