FC Nantes : A la nantaise sollicite les élus pour le projet de rachat par un pool d’acteurs locaux

FOOTBALL L’association des amoureux du FCN envisage de créer une société commerciale réunissant un pool d’entreprises régionales et de supporteurs prêts à devenir actionnaires lorsque le club sera à vendre

David Phelippeau

— 

Des supporteurs du FC Nantes.
Des supporteurs du FC Nantes. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • A la nantaise envisage la création d’un pool d’acteurs locaux prêt à reprendre le FCN en cas de vente.
  • L’asso a envoyé un courrier à des élus leur demandant de s’impliquer dans la recherche d’entreprises locales intéressées par ce projet.

L’association se défend de profiter du moment. Alors que les critiques à l’encontre de la gestion du président du FC NantesWaldemar Kita pleuvent, A la nantaise accélère sur le projet de pool d’entreprises régionales et de supporteurs prêts à devenir actionnaires lorsque le club sera à vendre. A ce jour et depuis 2007, Kita est l’unique propriétaire du FCN. « On ne peut attendre qu’il ait vendu pour se mettre en mouvement… », avoue Jean-Pierre Clavier, vice-président de l’asso.

Ce week-end, un courrier a été envoyé à une grande majorité d’élus de Loire-Atlantique et des départements limitrophes leur demandant de s’impliquer dans la recherche de d’entreprises locales susceptibles d’être intéressées pour faire partie de ce pool. « Il faut qu’on sente cet élan politique et que tous ces acteurs politiques de tout bord soient désireux de changer de modèle de gouvernance », estime Jean-Pierre Clavier.

Johanna Rolland interpellée

Eric Swidurski, le nouveau président d’A la nantaise (en remplacement de Florian Le Teuff, adjoint au maire de Nantes et toujours adhérent de l’asso), affirme que des entreprises (sans les citer) ont « une oreille attentive » à cette proposition formulée le 11 décembre, au cours du conseil métropolitain, par le groupe Ecologistes et citoyens, membre de la majorité pilotée par Johanna Rolland (PS). Des élus ont déjà indiqué qu’ils étaient favorables à ce pool fédérant des acteurs du territoire et prêts à créer et rejoindre « ce comité de parrainage politique ». Aurélien Boulé, conseiller municipal de Nantes, Freddy Riffaud, maire des Essarts-en-Bocage ou encore Christophe Dougé, maire de Montrevault-sur-Evre (Maine-et-Loire) par exemple font partie de ceux-là.

L’association a sollicité Johanna Rolland, la maire de Nantes – qui avec sa majorité « a inscrit à son programme électoral le soutien à toute initiative en faveur de l’actionnariat populaire » – pour lui demander d’évoquer l’avenir du FCN avec « ce projet de gouvernance collective », samedi, à l’occasion des 100 ans de la naissance du fondateur du jeu à la nantaise, José Arribas.