JO Tokyo 2021 : Simone Biles est « courageuse », admire le président du CIO Thomas Bach

GYM La gymnaste américaine a abandonné la compétition dont elle était la favorite en faisant part de son mal-être psychologique

D.Bd avec AFP
— 
La gymnaste américaine Simone Biles, à l'entraînement, à la veille du début des Jeux olympiques de Tokyo.
La gymnaste américaine Simone Biles, à l'entraînement, à la veille du début des Jeux olympiques de Tokyo. — Gregory Bull / AP / Sipa

Un grand pas sur des maux trop souvent cachés. Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO), a trouvé vendredi à Tokyo la gymnaste américaine Simone Biles « courageuse » d’avoir ouvertement évoqué ses tourments psychologiques.

« D’un côté, elle admet avoir des problèmes, ce qui est déjà courageux. Et en même temps, elle applaudit ses coéquipières et est présente pour soutenir celle qui lui succède au palmarès lors du concours général, a déclaré Thomas Bach lors d’un point presse avec des agences de presse. Qui, il y a un an, aurait ainsi admis avoir des problèmes de santé mentale ? s’est-il interrogé. Ce sont de grandes qualités humaines. »

Mardi, sous les yeux du président du CIO, la superstar de la gymnastique s’est retirée pendant l’épreuve du concours général par équipes, révélant qu’elle faisait « face à ses démons » et évoquant une pression très lourde à gérer.

« J’admire la manière dont elle gère la situation »

Le lendemain, elle annonçait renoncer à la défense de son titre olympique du concours général individuel prévu jeudi, mais était dans les tribunes pour encourager les Américaines et féliciter sa compatriote Sunisa Lee qui s’imposait et lui succédait.

« J’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec elle après la compétition par équipes. J’admire la manière dont elle gère la situation », a insisté Thomas Bach.

« Nous devons donc tout faire pour aider »

Il est aussi revenu de manière plus générale sur les problèmes de santé mentale qui touchent certains sportifs de haut niveau. Outre Simone Biles, d’autres sportifs de renom ont récemment évoqué des difficultés psychologiques, dont la Japonaise Naomi Osaka.

« La santé mentale a été un grand défi pendant cette pandémie et pas seulement en sport (…) Et là, on se retrouve avec deux facteurs : le défi de la pandémie et la pression sur les athlètes, a poursuivi le président du CIO. Nous devons donc tout faire avec les athlètes et les organisations nationales sportives dans les pays pour aider. Nous avons discuté avec des associations et tenté de faire du lobbying auprès des gouvernements pour expliquer l’importance du sport pour la santé physique et mentale. »