Cyclisme : Nacer Bouhanni va porter plainte après avoir subi des propos racistes

CYCLISME Le coureur français d'Arkea-Samsic a été la cible de messages diffamants après son déclassement lors de la course Cholet-Pays de Loire

Camille Allain
— 
Le coureur français de l'équipe Arkea-Samsic Nacer Bouhanni, ici à droite, va porter plainte après avoir subi des propos racistes.
Le coureur français de l'équipe Arkea-Samsic Nacer Bouhanni, ici à droite, va porter plainte après avoir subi des propos racistes. — Bas Czerwinski / AFP

Il a annoncé son intention de porter plainte. Fatigué d’être harcelé sur les réseaux sociaux et victime d’insultes racistes, le coureur français Nacer Bouhanni va porter plainte. Depuis le 28 mars et son déclassement pour le sprint de la course Cholet-Pays de Loire le 28 mars, l’ancien champion de France est la victime d’une campagne de dénigrement. Ce jour-là, le coureur avait tassé contre les barrières le Britannique Jake Stewart, qui a eu la main droite fracturée dans l’accident et l'a violemment pris à partie sur les réseaux sociaux. Nacer Bouhanni s’était excusé, mais cela n’avait pas calmé certains internautes.

« Bonjour à tous les petits plaisantins qui s’amusent depuis une semaine à m’écrire personnellement ou à commenter sur certains sites de cyclisme que je devrais retourner en Afrique, que je suis un criminel, que je suis un maghrébin qui a besoin d’être interné et qui m’envoient sans cesse des (têtes de cochon) ! », a déclaré le Lorrain sur son compte Instagram. « Sachez que je suis né en France et que je vais déposer plainte car cela fait déjà bien longtemps que je le subis et me tais mais, cette fois, je ne laisserai plus passer », a affirmé Bouhanni, Français d’ascendance algérienne.

« Total soutien » de son équipe

Pour appuyer son propos, le sprinteur de l’équipe Arkea-Samsic a diffusé en accompagnement plusieurs messages reçus, dans différentes langues. Son équipe a confirmé l’intention du dépôt de plainte et « apporte son total soutien » à son coureur.

Pour s’être déporté lors du sprint, le Français encourt une sanction de la part de l’Union cycliste internationale (UCI) qui a saisi sa commission disciplinaire et a « condamné fermement la conduite dangereuse » de Bouhanni. Au lendemain de la course, le coureur s’était excusé.

« Mon erreur a été de changer de trajectoire pour aller prendre sa roue. Je ne vois pas Jake Stewart à ce moment-là. Lorsque nous entrons l’un et l’autre en contact, je me retrouve déséquilibré et me rattrape comme je peux afin de ne pas tomber », avait expliqué Bouhanni en soulignant : « En aucun cas, ce n’était intentionnel ».