XV de France : « Il y a toujours des regrets »… Antoine Dupont revient sur le Tournoi des Bleus

RUGBY Avant de basculer sur la Coupe d’Europe avec le Stade Toulousain, Antoine Dupont s’est retourné vers le Tournoi des VI Nations, à la fois encourageant et frustrant pour le XV de France

Nicolas Stival

— 

Antoine Dupont lors de France - Ecosse, le 26 mars 2021.
Antoine Dupont lors de France - Ecosse, le 26 mars 2021. — Christophe Saïdi / Sipa
  • Tout juste sorti du Tournoi des VI Nations, Antoine Dupont s’apprête à aller défier les Irlandais du Munster samedi avec le Stade Toulousain, en 8es de finale de Coupe d'Europe.
  • Le demi de mêlée des Bleus est revenu ce mercredi sur la deuxième place du XV de France, entre « bilan positif » et « goût amer » d’un épilogue contrariant.

Pas le temps de gamberger. A peine le Tournoi des VI Nations bouclé sur une incroyable défaite contre l’Ecosse (23-27), vendredi dernier, les Bleus du Stade Toulousain (Marchand, Baille, Aldegheri, Ntamack, Dupont) basculent sur la Coupe d’Europe avec un déplacement samedi chez les épouvantails irlandais du Munster. « On savait que les matchs allaient s’enchaîner, on espère ne pas avoir de repos tout de suite, a glissé dans un sourire  Antoine « Stakhanov » Dupont, lors du point-presse de son club, ce mercredi matin à Ernest-Wallon. On y est habitués, on s’est préparés. »

Après avoir enquillé les matchs à 80 minutes ou pas loin avec le XV de France, l’indiscutable demi de mêlée international (déjà 32 sélections à 24 ans) garde pourtant de la lucidité au moment d’analyser les performances de la bande à Galthié. « Si on regarde le bilan comptable, c’est positif, on finit deuxième. Mais ce dernier match nous laisse un goût amer, avec une défaite, surtout de cette façon… » Entre ici, Brice Dulin et ton coup de pied en touche jamais tapé.

« On avait très bien commencé [succès en Italie puis en Irlande] », reprend le kid de Castelnau-Magnoac, qui évoque aussi les « surprises » de cette compétition serrée comme jamais : « le pays de Galles qu’on n’avait pas vu venir » ou « les Anglais en dents de scie mais qui se sont réveillés contre nous ». Et puis il y a eu le Covid qui s’est introduit sans effraction à Marcoussis, le « Bubblegate » qui en a suivi et la fin de Tournoi chamboulée : victoire « Ave Maria » face aux Gallois entre deux revers à Twickenham puis contre l’Ecosse.

Le mystère Covid

Est-ce que le virus a changé la donne ? « On ne le saura jamais », glisse Dupont, pas dupe par ailleurs de son étonnante nomination parmi les meilleurs joueurs de ce Tournoi, alors qu’il a clairement piqué du nez en fin de parcours après avoir, lui aussi, été touché par le Covid.

« Nous n’avons pas forcément l’impression d’avoir fait de mauvaises prestations, et pas forcément l’impression d’avoir donné le maximum de notre potentiel. C’est un peu pareil pour ma part. » Conclusion ? « Il y a toujours des regrets quand les résultats ne nous satisfont pas totalement. »