Vendée Globe : Piégé par l’anticyclone, Bestaven n’avance plus et voit son avance fondre petit à petit

VOILE Le Skippeur de Maître Coq a perdu 100 miles en 24 heures, mais son matelas est encore confortable

J.L. avec AFP

— 

Yannick Bestaven, quelques semaines avant le départ du Vendée Globe.
Yannick Bestaven, quelques semaines avant le départ du Vendée Globe. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Yannick Bestaven, englué dans une zone de vents faibles au large du Brésil, possède néanmoins encore une bonne marge d’avance en tête du Vendée Globe samedi à la mi-journée, mais le duo de chasseurs Charlie Dalin (Apivia) et Thomas Ruyant (LinkedOut), voguant beaucoup plus vite derrière, fond sur le leader.

100 miles perdus sur un peu plus de 400

Bestaven, de retour sous des latitudes tempérées, navigue en bordure d’un anticyclone au large du Brésil. Et le vent qui le porte est très faible. Derrière, Dalin, Ruyant, Damien Seguin (Groupe Apicil) et Louis Burton (Bureau Vallée 2) sont dans un beau couloir de vent entre la dépression et l’anticyclone. Ils progressent à plus de 15 nœuds avec un vent de sud-ouest bien établi.

Ces conditions plus favorables que celles de Bestaven leur permettent de combler rapidement une partie de leur écart sur le premier. Samedi à la mi-journée, Dalin et Ruyant avaient ainsi repris près de 100 milles (185 km) à Bestaven en 24 heures. Celui qui n’a quasiment jamais abandonné la tête de la course depuis le 16 décembre -à l’exception du jour de Noël-, ne comptait plus respectivement que 300 milles et moins de 330 milles d’avance sur ses deux poursuivants.

Bloqués à Sainte-Hélène, comme Napoléon

Le Rochelais va désormais tenter d’attraper des vents plus importants près des côtes brésiliennes. Au final, tous vont buter sur la dorsale de l’anticyclone de Sainte-Hélène en début de semaine prochaine. Le premier, qui touchera ensuite un début d’alizés, en milieu de semaine, devrait creuser à nouveau l’écart avec ses poursuivants et revenir rapidement dans l’hémisphère nord.