Olympiakos-OM : Mathieu Valbuena « n’a jamais été aussi important dans une équipe » que dans le club grec

LIGUE DES CHAMPIONS Le joueur de l’Olympiakos Mathieu Valbuena retrouve mercredi soir son ancien club l’Olympique de Marseille pour le retour de l’OM en Ligue des champions

Adrien Max

— 

Mathieu Valbuena, l'une des pierres angulaires du doublé réalisé par l'Olympiakos la saison dernière.
Mathieu Valbuena, l'une des pierres angulaires du doublé réalisé par l'Olympiakos la saison dernière. — Giannis Papanikos/AP/SIPA
  • Mathieu Valbuena reçoit avec l’Olympiakos son ancien club l’Olympique de Marseille mercredi à 21 h pour le retour de l’OM en Ligue des champions.
  • Le milieu de terrain est l’une des pierres angulaires de son équipe qui a réalisé le doublé coupe-championnat la saison dernière.
  • Selon Martial Debeaux, suiveur de l’Olympiakos, Mathieu Valbuena « n’a jamais été aussi important dans une équipe » que dans le club grec.

Un mariage « idyllique ». L’ancien milieu de terrain de l'Olympique de Marseille, Mathieu Valbuena reçoit son ancien club mercredi (21 h) pour la première journée de la Ligue des Champions, avec l’Olympiakos. Après son départ de l’OM en 2014 pour le Dynamo Moscou puis un retour en France avec l’OL, deux saisons en Turquie à Fenerbahce, Mathieu Valbuena « n’a jamais été aussi heureux », avec l’Olympiakos, estime Martial Debeaux, animateur de la page Olympiakos France sur Twitter.

« Je vis une deuxième jeunesse à l’Olympiakos », considère même Mathieu Valbuena dans les colonnes de l'Equipe. Débarqué en Grèce la saison dernière à 35 ans, ce n’était pas gagné pour les supporters. « Il arrivait de Turquie où il n’était pas titulaire, les gens se posaient beaucoup de questions à cause de son gros salaire, et de son âge », se souvient Martiel Debeaux.

« L’Olympiakos, c’est la copie conforme de l’OM »

Mais il n’a pas eu besoin de beaucoup de matchs pour faire ses preuves, grâce à la combativité qu’il a montré durant toute sa carrière. « Il a été bon tout de suite. La saison dernière, il fait trois ou quatre passes décisives pendant les tours préliminaires et qualifie son équipe pour les poules. A partir de là, son transfert est déjà rentabilisé. Mais il continue dans sa lignée toute la saison avec plus de 20 passes décisives. Ça a vraiment frappé les supporters, personne ne doutait de son niveau, mais personne n’imaginait une régularité aussi incroyable à son âge », analyse Martial Debeaux.

« Je ne m’attendais pas à une adaptation aussi rapide », admet Valbuena à l’AFP. Les similitudes entre le club grec et Marseille ont sûrement joué dans cette intégration rapide. « L’Olympiakos, c’est la copie conforme de l’OM dans tout : le club, la ville, la passion, la pression. Avant d’arriver à notre centre d’entraînement, il y a une petite ruelle où on ne passe pas à deux voitures comme la traverse de la Martine devant La Commanderie », se remémore-t-il avec précision.

« Ils ont très vite prolongé son contrat, il a un très bon niveau de vie en Grèce et Christian Karembeu fait partie de l’encadrement. Il y a une vraie francophonie au sein du club et il n’a jamais été aussi important dans une équipe », décrypte Martial Debeaux. Des conditions idéales qui ont permis à Mathieu Valbuena de guider son club vers un doublé coupe-championnat et un huitième de finale en Ligue des champions, la saison dernière.

« Jamais à l’abri de la saison de trop »

Covid-19 oblige, ce début de saison est un peu différent. « L’Olympiakos n’a pas eu autant de tours préliminaires que d’habitude, ce qui leur permettait d’être prêt très tôt dans la saison. Ils ont joué la finale de la coupe de Grèce début septembre [victoire 1-0 contre l’AEK Athènes], avec l’effectif de l’année dernière, donc ils se sont moins bien préparés, c’est un peu plus poussif. Mais Valbuena est assez préservé en championnat parce que l’effectif est conséquent, donc il peut faire la différence sur un ou deux matchs de Ligue des champions avec sa qualité de passe. Et il est entouré de Youssef El Arabi (triplé ce week-end) et de Rafinha, qui ont aussi fait la meilleure saison de leur carrière », ajoute Martial Debeaux.

L’Olympiakos a battu samedi dernier Atromitos 4-0 et réalise tout de même un bon début de saison, avec trois victoires et un nul, à trois points du leader, l’Aris Salonique, qui a un match de plus. Mathieu Valbuena n’a toujours pas ouvert son compteur de but, ni de passe décisive, en championnat. « Il n’a pas trop de soucis, de pépin physique, mais à cet âge-là on n’est jamais à l’abri de la saison de trop », prévient Martiel Debeaux. Mais c’est bien lui qui a ouvert le score face à l’Omonia Nicosie en tout préliminaire, pour offrir la qualification en Ligue des champions à l’Olympiakos.