Nantes-Nîmes : Et si Kolo Muani devenait l’arme offensive numéro 1 des Canaris ?

FOOTBALL L’avant-centre de 21 ans, préféré à Coulibaly et Emond en pointe, a réalisé une première période de grande qualité lors du succès (2-1) du FCN contre Nîmes ce dimanche

David Phelippeau

— 

Kolo Muani face à Deaux.
Kolo Muani face à Deaux. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • Nantes s’est imposé pour la première fois de la saison (2-1) contre Nîmes, à la Beaujoire, ce dimanche, grâce à un excellent Kolo Muani devant.
  • Ce joueur, formé à la Jonelière et âgé de 21 ans, était prêté la saison dernière à Boulogne-sur-Mer.
  • A Nantes, Kolo Muani n’a jamais eu sa chance sur la durée.

Timidement, Randal Kolo Muani s’est dirigé derrière le pupitre réservé aux interviews d’après-match. Un salarié du FCN est venu lui glisser qu’il pouvait mettre de côté son masque, resté sous son menton, pour qu’on voie bien son visage. Celui d’un attaquant de 21 ans, formé à la Jonelière et repéré par le recruteur Odilio Gomis en région Ile-de-France, mais encore méconnu des supporteurs nantais et a fortiori du grand public.

Randal Kolo Muani a grandement contribué à la première victoire nantaise (2-1), ce dimanche, face à Nîmes. Préféré aux deux presque trentenaires (Coulibaly et Emond, 29 ans) en pointe, celui qui a été prêté à Boulogne-sur-Mer la saison dernière a balayé le front de l’attaque nantaise avec une grande générosité et offert du coup beaucoup de solutions à ses partenaires. Avec un Coco très remuant à droite, il a apporté tout ce qui avait manqué aux Canaris… lors du terne 0-0 à Bordeaux il y a une semaine.

« Je l’avais dit que notre jeu a besoin de prise de vitesse, de prise d’espaces, analyse Christian Gourcuff, qui a été contraint de sortir (56e) son jeune attaquant peu de temps après l’expulsion de Louza (49e) pour densifier son milieu de terrain. Randal a donné de la vie au jeu. Davantage de verticalité, de percussion. »

«Prometteur» pour Gourcuff

« Il lui manque juste le but aujourd’hui, note Dennis Appiah. Il peut être content de son match, mais peut être emmerdé de ne pas avoir marqué… » Ce qui aurait évité aux Nantais, dominateurs à la pause (2-0), de se faire des immenses frayeurs en toute fin de match après la seconde expulsion de Fabio (87e). « Il a fait quelques erreurs sur le plan technique et il aurait pu mieux négocier certaines situations favorables », chipote un peu Gourcuff. Avant de reconnaître : « C’est un jeune joueur intéressant sur la première période. C’est très prometteur. »

A Boulogne-sur-Mer, où il a été prêté la saison dernière, personne ne sera surpris. Là-bas, l’attaquant a laissé un excellent souvenir en finissant l’exercice en boulet de canon (trois buts et trois passes décisives lors des neuf derniers matchs). « J’ai plus confiance en moi, j’ai pris de la maturité avec mon prêt, avoue aujourd’hui l’intéressé. Cela m’a fait du bien de voir un autre horizon. »

Coach Vahid moqueur avec Kolo Muani en janvier 2019

A Nantes, depuis plusieurs saisons, il semblait obscurci pour lui. Seul Sergio Conceição, en 2017, avait été charmé par le potentiel du gamin et lui avait fait goûter à trois reprises au banc de la Ligue 1. Le haut niveau, le natif de Bondy y sera finalement confronté 22 minutes à Saint-Etienne (défaite 3-0) et surtout lors d’une première titularisation cauchemardesque à Angers le 20 janvier 2019 (défaite 1-0).

A l’époque, après la rencontre, l’entraîneur Vahid Halilhodzic, mécontent du départ de son attaquant vedette Emiliano Sala à Cardiff, avait lâché cette phrase révélatrice du peu de considération qu'il avait pour son jeune joueur : « Entre moi et lui, je l’ai choisi lui. Je n’avais pas d’autres solutions [Coulibaly étant suspendu ce jour-là]. » Quelques jours plus tard, Antonio Mance débarquait à la Jonelière. Le Croate, dont plus personne ne se souvient, allait inscrire un but en six rencontres et Kolo Muani se contenter de quelques miettes par-ci par-là… Un peu le symbole de la gestion de beaucoup de jeunes depuis plusieurs années.

Lincoln, c’est fini ?

La bonne prestation de Kolo Muani change-t-elle la donne pour le recrutement d’un avant-centre ? Christian Gourcuff n’a pas vraiment répondu à cette question après le match. En attendant, la presse brésilienne a annoncé que Flamengo comptait retenir Lincoln (19 ans), qui est pisté par Nantes. L’avant-centre auriverde a fait de Nantes son choix numéro 1 en cas de départ.