ASSE : Où en est l'enquête sur les violences au centre de formation ?

BIZUTAGE Des joueurs du centre de formation ont frappé d’autres stagiaires pendant qu’ils faisaient des pompes

J.S.-M.

— 

Un mannequin avec un maillot de l'AS Saint-Etienne (photo d'illustration).
Un mannequin avec un maillot de l'AS Saint-Etienne (photo d'illustration). — R. Lafabregue / AFP

L’ASSE estime qu’il s’agit « de faits inacceptables ». Des « actes inappropriés et contraires aux valeurs inscrites dans son projet sportif d’excellence. » Deux pensionnaires du centre de formation stéphanois ont été mis à pied avant une éventuelle sanction et un troisième a été exclu de façon temporaire. Ces trois garçons, âgés de 15, 16 et 17 ans, sont suspectés d’avoir violemment bizuté trois stagiaires âgés de 14 à 15 ans. Le parquet de Saint-Etienne a fait ce lundi un point sur l’enquête, ouverte pour « violences en réunion avec armes. »

« En l’état de nos informations, il n’y a eu qu’un épisode, survenu très peu après la réouverture du centre de formation, le 20 juillet », indique le procureur adjoint André Merle, dans un communiqué cité par Le Progrès et France Bleu Saint-Etienne Loire. « Les trois personnes soupçonnées seraient venues dans les chambres des plaignants au moment du repas du soir », a-t-il relaté. Les suspects, originaires de région parisienne, auraient obligé leurs victimes « à faire des pompes en leur portant des coups sur les épaules, le dos, les mains ou le plexus. »

Un jour d’ITT chacun

Les trois victimes ont été placées en incapacité totale de travail pour un jour. Ces jeunes hommes ont été entendus par les enquêteurs et leurs parents pourront porter plainte dans les prochains jours. L’ASSE a d’ores et déjà porté plainte.

Les gendarmes poursuivent leur enquête afin de déterminer s’il n’y a pas eu d’autres bizutages dans les mois qui ont précédé le confinement.