Ligue 1: Les « intérêts financiers » ont prévalu sur la « solidarité », déplore le président d’Amiens

FOOTBALL Le président d'Amiens Bernard Joannin est remonté contre la décision de l'AG de la Ligue de refuser une L1 à 22 clubs, mais il ne compte pas baisser les bras 

N.C. avec AFP

— 

Bernard Joannin, le président de l'Amiens SC, avant l'audience devant le Conseil d'Etat le 4 juin 2020.
Bernard Joannin, le président de l'Amiens SC, avant l'audience devant le Conseil d'Etat le 4 juin 2020. — FRANCK FIFE / AFP

Les « intérêts financiers » ont prévalu sur la « solidarité » du football français, qui a rejeté mardi l'élargissement de la Ligue 1 à 22 équipes, confirmant les relégations d’Amiens et Toulouse, a déploré le président amiénois Bernard Joannin. « La seule chose que démontre ce vote, est que ce sont exclusivement les intérêts financiers qui mènent les membres de l’Assemblée générale de la LFP à se positionner contre un format à 22, ce que je déplore », a réagi le dirigeant, dans une déclaration transmise à l’AFP.

« La question était simplement de savoir si le football professionnel français était prêt à faire preuve de solidarité en cette période de crise exceptionnelle et à partager le montant des droits télévisés à 22 plutôt qu’à 20. Les membres de l’AG de la Ligue y ont répondu négativement. Je le déplore profondément », a-t-il poursuivi.

« Nous avons déjà réussi à convaincre plus d’un quart des clubs votants »

Dans la matinée, 74,49 % des membres de l’AG, principalement composée de représentants des clubs professionnels, ont voté pour le maintien de la Ligue 1 à 20 équipes la saison prochaine. Amiens et Toulouse, respectivement 19e et 20e de l’exercice interrompu mi-mars par le coronavirus, défendaient l’hypothèse d’un élargissement à 22 clubs qui leur permettrait d’être maintenus.

« Cela fait maintenant des mois que l’on nous explique qu’une Ligue 1 à 22 est impossible et que l’unanimité du monde du football serait opposée à cette solution. Or, je constate que nous avons déjà réussi à convaincre plus d’un quart des clubs votants de la légitimité d’un tel format, et nous continuerons à le faire dans les prochaines semaines », a expliqué Bernard Joannin.

Vendredi, c’est au tour de l’Assemblée fédérale de la Fédération (FFF) de se réunir et de voter la nouvelle convention FFF-LFP qui fixe le nombre maximal de participants en L1. Une nouvelle issue défavorable pourrait assombrir encore davantage le sort d’Amiens et de Toulouse.

« Je lance maintenant un appel aux membres de l’Assemblée fédérale de la FFF, qui représentent aussi le football amateur, pour qu’ils refusent de valider ce vendredi la convention FFF-LFP qui exclut la possibilité d’une Ligue 1 à 22 la saison prochaine ! Nous nous tenons de toute façon prêts à déposer un nouveau recours en référé devant le Conseil d’Etat », a-t-il assuré. Amiens, tout comme Toulouse, a saisi une première fois le Conseil d'Etat qui avait suspendu, le 9 juin, sa rétrogradation et enjoint la LFP à réexaminer le format de la prochaine saison de L1.