Ecosse-France: Damian Penaud de retour à l'aile, Jefferson Poirot remplace Cyril Baille

RUGBY Ce sont les deux seules nouveautés du XV de France qui se rend à Murrayfield dimanche

N.C. avec AFP

— 

La tuile, Penaud s'est blessé juste avant le crunch
La tuile, Penaud s'est blessé juste avant le crunch — Christophe Ena/AP/SIPA

Deux retours, un départ : Damian Penaud, titulaire à l’aile, et Jefferson Poirot, en première ligne, vont retrouver les Bleus dimanche (16h00) en Écosse. Au contraire de Teddy Thomas, qui avait pourtant débuté lors des trois premières victoires françaises en VI Nations.

Seul en lice pour le Grand Chelem, c’est dans la peau du favori que le XV de France se présente à Murrayfield, où elle n’a plus gagné depuis 2014. Dans le climat d’incertitudes régnant autour de l’épidémie de coronavirus, le match a été maintenu, à la différence des deux dernières rencontres de l’Italie dans le Tournoi (prévues initialement en Irlande samedi et à Rome le 14 mars).

« Le mot sanction n’existe pas en équipe de France »

La décision des autorités annoncée mardi au staff des Bleus, le sélectionneur Fabien Galthié a pu préparer le match autour de choix forts : après avoir rappelé Poirot, il a décidé de se passer du supersonique ailier du Racing 92, Teddy Thomas.

En cause, son rendement offensif (un seul essai dans le Tournoi) autant que ses errements défensifs face à l’Angleterre (24-17), l'Italie (35-22) et lors de l’exploit de Cardiff (27-23), où les Bleus n’avaient plus gagné depuis 2010. « Il n’y a pas de sanction en équipe de France, le mot n’existe pas », a cependant répondu Galthié, ajoutant que Thomas « fait toujours partie du groupe France, des 42 ».

Le staff des Bleus profite donc du retour du Clermontois Damian Penaud (23 ans, 16 sélections), figure du XV de France, pour renvoyer le Racingman à ses révisions. Penaud « reprend sa place » à l’aile a sobrement expliqué Galthié. Titulaire annoncé en début de compétition, il avait raté les trois premiers matchs des Bleus en raison d’une blessure au mollet gauche à la veille du Crunch.

Entre temps, Arthur Vincent a pris du galon au centre, aux côtés de Virimi Vakatawa, et permis à Gaël Fickou, le joueur le plus capé du XV de France, de s’installer à l’aile. Autre revenant, chez les avants cette fois : Poirot. Comme Penaud, le gaucher de l’UBB va débuter son premier match en Bleu depuis la déconvenue en quart de finale de Coupe du monde contre Galles à l’automne dernier (20-19).

Poirot double Gros

Au Japon, il était vice-capitaine. Mais face à l’émergence de son concurrent direct Cyril Baille, Poirot avait été renvoyé en club avant Cardiff. Le Toulousain Baille à l’aise ballon en main, apportait en effet plus de sécurité en mêlée. Mais Baille s’est luxé l’épaule droite et c’est Poirot, pilier mobile et expérimenté, qui revient, doublant Jean-Baptiste Gros, qui avait pourtant remplacé Baille en cours de match au Millennium.

« Nous avons une totale confiance en Jefferson Poirot pour nous accompagner et porter le numéro 1 », a indiqué Galthié, soulignant « l’expérience » du pilier gauche de 27 ans et 35 sélections. En dehors de ces changements, Fabien Galthié et son staff sont restés dans la droite ligne de ce qu’ils avaient prévu, s’appuyant sur le même groupe sur la route d’un premier Grand Chelem depuis 2010.

Le XV de départ : Bouthier – Penaud, Vakatawa, Vincent, Fickou – (o) Ntamack, (m) Dupont – Ollivon (cap.), Alldritt, Cros – Willemse, Le Roux – Haouas, Marchand, Poirot

Remplaçants : Chat, Gros, Bamba, Taofifenua, Cretin, Serin, Jalibert, Ramos