FC Nantes: Kita envoie un courrier aux instances pour dénoncer l'arbitrage du derby breton

POLEMIQUE Vendredi, les Canaris s'étaient inclinés (2-3) à Rennes en encaissant dans le temps additionnel deux buts consécutifs à des actions litigieuses

David Phelippeau

— 

Le troisième but inscrit par Raphinha.
Le troisième but inscrit par Raphinha. — DAMIEN MEYER / AFP

Les supporteurs rennais appelleront ça le seum à la nantaise. Le président Waldemar Kita a décidé d’envoyer un courrier à Pascal Garibian, directeur technique de l’arbitrage (avec en copie Didier Quillot, directeur général de la Ligue de football professionnel), « pour revenir sur l’arbitrage de la rencontre Rennes-Nantes de vendredi [ succès 3-2 des Rennais] ainsi que sur les conditions d’intervention/utilisation de la VAR ». Une source du club a fait parvenir la missive à 20 Minutes ce mercredi après-midi.

Petit rappel des faits : vendredi, alors que les Canaris mènent 2-1 au Roazhon Park, Bourigeaud trompe Lafont d’une frappe sèche après quatre minutes de temps additionnel. Sur l’action, Mbaye Niang est en position de hors-jeu mais de manière passive, il ne touche pas le ballon. « Niang fait très clairement action de jeu, a estimé le gardien prêté par la Fiorentina lundi. Sur le coup j’en discute très calmement avec l’arbitre et je suis sûr qu’avec l’aide du VAR, il va annuler le but. On pensait que l’arbitre allait faire son boulot… »

Deux minutes plus tard, sur un tir de Niang relâché par Lafont, Raphinha récupère et marque. L’arbitre de touche signale un hors-jeu de l’attaquant rennais. Après quelques secondes, le VAR valide finalement le but.

Le VAR démontre « ses limites chaque semaine »

Dans cette lettre, Kita, qui parle d’un club « meurtri par les conditions quasi historiques de cette défaite », souhaite « obtenir désormais des éclaircissements de [la part du directeur technique de l’arbitrage] sur les deuxième et troisième buts du Stade Rennais ».

Le président nantais s’interroge « d’une part sur la position de Mbaye Niang, gênant forcément notre gardien Alban Lafont puisque sur sa ligne de vision, et d’autre part, sur la position de Raphinha sur le troisième but ».

« Dans ces deux situations, l’utilisation du VAR aurait dû empêcher toute polémique alors même que c’est malheureusement le contraire qui s’est produit, regrette WK.
Comment expliquer que l’arbitre en charge du VAR n’ait pas demandé à l’arbitre central de venir par lui-même analyser la position plus que litigieuse de Niang ? Comment faire confiance à un révélateur de hors-jeu qui chaque semaine démontre ses limites et se trouve au centre de polémiques alors que même que l’arbitre assistant avait levé son drapeau ! »

Villas-Boas avait réagi à ces « deux buts hors-jeu » mardi

Le président nantais conclut : « Compte tenu des investissements financiers très conséquents consentis par les clubs professionnels de football afin de professionnaliser l’arbitrage, améliorer son niveau et mettre en place le VAR, je suis au regret aujourd’hui de constater que les objectifs ne sont pas atteints. »

Mardi, en conférence de presse, l’entraîneur marseillais André Villas-Boas avait évoqué « ces deux buts marqués en position de hors-jeu » à Rennes et avait confié son inquiétude.