Brest-FC Nantes : Alban Lafont, ça commence à devenir inquiétant

FOOTBALL Le gardien de but nantais s'est troué, samedi soir, à Brest (1-1) alors que les Canaris menaient 0-1...

David Phelippeau

— 

Alban Lafont.
Alban Lafont. — DAMIEN MEYER / AFP
  • Le FC Nantes a mis fin à sa série de quatre défaites en allant chercher le nul (1-1) à Brest samedi soir.
  • Alors que les Canaris menaient 0-1, Alban Lafont s’est manqué sur un centre-tir de Cardona.
  • Ce n’est pas la première fois cette saison que le gardien de but nantais est montré du doigt.

Envoyé spécial à Brest,

Samedi soir, après le nul (1-1) du FC Nantes (6e) à Brest, Alban Lafont a été exempté de passer devant les médias et a eu la permission de sortir par une porte dérobée, attenante au bus du club. « C’est une décision collective pour le protéger », a justifié l’attachée de presse du FCN.

Le gardien de but aura évité la presse et... le ballon sur l'égalisation brestoise. Sur une action développée côté gauche, le Brestois Cardona se joue d’Appiah et Blas – « on se fait éliminer de manière très naïve », dira Christian Gourcuff – et adresse un centre-tir dans les filets d’ Alban Lafont. Le gardien de but nantais anticipe un centre et déserte complètement son premier poteau… Si le portier des espoirs n’a pas souhaité s’expliquer sur son mauvais placement, d’autres s’en sont occupés.

Gourcuff évoque «une erreur» de Lafont

Notamment l’entraîneur nantais Christian Gourcuff, qui dans un premier temps a confié ne pas vouloir « parler des aspects individuels ». Puis, après deux secondes d’hésitation, il a reconnu la défaillance de son gardien de but sur l’égalisation brestoise. « C’est clair qu’on a beaucoup de regrets sur le but. C’est une erreur, c’est une évidence. Le match bascule aussi là-dessus. Je parle beaucoup de collectif mais il y a des aspects individuels qui sont importants dans les résultats… » Et le poste de gardien de but est forcément le plus exposé. Depuis le début de la saison, Alban Lafont a souvent fait preuve d'une fébrilité et d’une absence d'assurance non conformes à son présumé niveau. « Il n’a que 20 ans… », entend-on souvent dans la bouche de ceux qui le défendent. C'est juste.

Il n’empêche que le FC Nantes est en droit d’attendre davantage d’un joueur, qui au final devrait coûter entre 8 et 10 millions d’euros au bout des deux ans de son prêt par la Fiorentina (7 millions d’option d’achat obligatoire + au moins 1 million d'euros d’indemnité par saison) et qui a fait office de gros coup du dernier mercato estival.

Le FCN en droit d'attendre plus de lui

En début de saison, Alban Lafont, qui a néanmoins été décisif à la 74e face à Cardona, avait été jugé responsable au moins à deux reprises sur les trois premiers buts encaissés par les Canaris. A l’époque, Christian Gourcuff avait réclamé de la patience pour un élément qui sortait d’une saison quasi pleine dans autre environnement (Série A italienne) : « C’est un jeune joueur Alban, il faut lui laisser du temps. Pour les gardiens de but, c’est encore plus particulier, l’aspect psychologique et la confiance sont importants. Il faut le laisser tranquille et il faut le rassurer. »

Compte tenu de son statut, Alban Lafont a pourtant l’obligation d’être décisif comme cela avait été le cas lors des victoires contre Rennes (1-0) et à Lyon (0-1) fin septembre, ou tout au moins de ne pas faire perdre de points aux Canaris. « Il faut vite apprendre car en faisant des erreurs individuelles comme ça, on perd des points bêtement, estimait, samedi soir, le capitaine Abdoulaye Touré. Je ne veux pas incriminer [Alban Lafont]. S’il se sent fautif sur le but, il est assez grand pour se remettre en question et savoir qu’il ne faut pas refaire ces erreurs-là… » En le privant d’exercice médiatique, le FCN lui a en tout cas bien fait prendre conscience qu’il était responsable sur le but de Brest.