FC Nantes-PSG : « Quand il accélère, ça fait mal… », Prado raconte son duel avec Mbappé

FOOTBALL Le Péruvien a vécu sa première titularisation en L1 face au PSG (1-2) de Mbappé mardi soir à la Beaujoire

David Phelippeau

— 

Prado face à la vitesse de Mbappé.
Prado face à la vitesse de Mbappé. — David Vincent/AP/SIPA
  • Le FC Nantes (10e) a subi sa quatrième défaite (1-2) d'affilée toutes compétitions confondues mardi soir à la Beaujoire contre le PSG.
  • C’était le baptême du feu pour Percy Prado (24 ans), formé à la Jonelière.
  • Le Péruvien a raconté son duel avec Kylian Mbappé.

En l’absence de Dennis Appiah blessé, Christian Gourcuff aurait pu rappeler Thomas Basila à la rescousse sur le côté droit de la défense nantaise. Finalement, c’est Percy Prado, Péruvien de 24 ans formé à la Jonelière et entré en jeu à Rennes (défaite 3-2) vendredi, qui a dû se coltiner Kylian Mbappé mardi soir lors de la défaite (1-2) des Canaris contre le PSG. Un baptême du feu que n’est pas près d’oublier Percy Prado, enfant de Malakoff, arrivé en France à l’âge de 4 ans.

La bonne nouvelle, il l’a apprise de la bouche du coach lundi à l’entraînement. « Je m’en doutais un peu car j’étais rentré contre Rennes et Dennis [Appiah] était blessé, avoue Prado. Mais j’ai abordé le match sereinement, je me sentais bien, je ne l’ai pas pris avec trop de stress. Ça donne de la force de jouer à la maison. » De la force et beaucoup de stress aussi de jouer dans un stade plein alors que d’habitude il évolue à Saupin dans une ambiance plus feutrée. « Ici, on ne s’entend pas », observe, avec un grand sourire, le défenseur nantais.

A-t-il été impressionné par Mbappé, qui a brillé dans sa zone le plus souvent ? « C’est le foot, je suis là pour ça. Si je prétends à jouer en Ligue 1 ou même plus haut, je vais forcément me retrouver face à d’excellents joueurs. C’est un super joueur mais je ne l’ai pas mis sur un piédestal car si je l’idolâtre, il m’aurait mis le bouillon. Je l’ai respecté, il a fait un bon match, mais je ne pense pas être passé à côté de ma rencontre non plus. » Appliqué et concentré, Pardo n’a effectivement pas sombré face aux assauts incessants de Mbappé et consorts.

Satisfait de prestation personnelle

Et ça fait quoi quand il accélère Kylian supersonique ? « Cela fait mal, s’esclaffe Prado, admiratif. Ça fait mal vraiment. En plus de son accélération, il a une très grosse caisse. Il a une capacité à répéter les efforts et surtout la capacité à repousser derrière ces 10 mètres. C’est compliqué. Techniquement, il est très propre, notamment dans ses remises et ses choix de passes. »

Partant pour une nouvelle rencontre (sans Mbappé en face) ? « Là, je pense que j’ai prouvé au coach [Gourcuff] qu’il pouvait avoir confiance en moi. Il y a une hiérarchie, peut être que Dennis est encore devant moi, il a plus d’expérience, mais je serais prêt à refaire un match entier. » Dès Dijon, samedi ? Cela dépendra de l’état de santé d’Appiah, qui selon toute vraisemblance devrait néanmoins tenir sa place.