Stade Rennais-Bordeaux : Edouard Mendy va-t-il détrôner Benoît Costil dans le cœur des supporters ?

FOOTBALL Transféré du Stade de Reims cet été, le gardien sénégalais monte en puissance après des débuts difficiles

Camille Allain

— 

Le gardien du Stade Rennais Edouard Mendy, ici lors d'un échauffement, croisera la route de Benoît Costil samedi au Roazhon Park.
Le gardien du Stade Rennais Edouard Mendy, ici lors d'un échauffement, croisera la route de Benoît Costil samedi au Roazhon Park. — J. F. Monier / AFP / PicMonkey
  • Transféré cet été de Reims, le gardien du Stade Rennais Edouard Mendy monte en puissance.
  • Samedi, il retrouvera face à lui Benoît Costil dans les buts des Girondins de Bordeaux.
  • L’ancien gardien tricolore a longtemps été le chouchou des supporters rennais.

L’ancien et le nouveau. Samedi, le Roazhon Park verra revenir son ancien chouchou Benoît Costil, qui garde depuis deux ans les cages des Girondins de Bordeaux. « Benoît, tu incarnes nos valeurs, tu resteras à jamais un des meilleurs », disait une banderole déployée par le Roazhon Celtic Kop un soir de mai 2017 pour le dernier match de l’ancien international à Rennes. De l’autre côté du terrain samedi, Benoît Costil apercevra sans doute une silhouette élancée de 1,97m de haut. Un homme un peu plus jeune que lui prêt à prendre sa place dans le cœur des supporters du Stade Rennais.

Transféré de Reims après une saison extraordinaire, Edouard Mendy a mis un peu de temps à s’affirmer dans les buts du Stade Rennais. A l’aube de la réception de Bordeaux, le portier sénégalais a visiblement retrouvé toutes ses capacités, comme en atteste sa solide double parade dimanche à Lyon. « C’est ce qu’on lui demande, d’être décisif dans les moments importants, comme c’était le cas dimanche », estime Julien Stéphan.

Arrivé blessé après la CAN, Edouard Mendy avait presque vu Romain Salin lui voler la vedette lors des premiers matchs d’août. Auteur d’un match de mammouth pour sa première titularisation à Strasbourg, le Sénégalais a depuis connu quelques accrocs. Un carton rouge qui coûte cher face à Cluj et une nouvelle blessure au genou ont retardé son éclosion en Bretagne. « Il faut remettre son arrivée dans le contexte. Il est arrivé tard, il n’avait presque pas eu de vacances, quasiment pas de temps pour s’installer avec sa famille et l’enchaînement des matchs l’empêchait de s’entraîner. Il fallait qu’il digère tout ça », estime Christophe Revel, ancien gardien du Stade Rennais reconverti dans la formation.

« Nettement meilleur que Tomas Koubek »

Désormais installé au poste de numéro 1, Edouard Mendy peut-il s’imposer comme l’un des meilleurs gardiens de Ligue 1 ? « Oui, je le pense. Physiquement, il est nettement meilleur que Tomas Koubek par exemple. Il est grand, élancé. Il a un profil véloce, il est très rapide ce qui lui permet d’être bon dans les airs et au sol », estime Christophe Revel. Son entraîneur abonde. « Il a de grosses qualités athlétiques. Il prend beaucoup de place dans le but, il est bon dans le domaine aérien, il lit bien les trajectoires », analyse Julien Stéphan.

Comme Benoît Costil avant lui, Edouard Mendy s’est rapidement taillé une place importante dans l’effectif assez jeune du club breton. « C’est mon caractère qui fait que je suis un leader. Je sais que le coach compte également sur moi là-dessus, que j’ai été recruté pour ça », reconnaissait le gardien dans une interview accordée à Ouest-France. « C’est quelqu’un qui a une grosse personnalité, qui est très important en termes de leadership dans le vestiaire. On le responsabilise beaucoup », admet Julien Stéphan. Au point de devenir le chouchou du Roazhon Park ? « Il peut, il a les qualités pour. Mais il faudra qu’il enchaîne les bonnes prestations », prévient Christophe Revel, qui a entraîné Costil à Rennes.