OM : Le tribunal inflige un revers immobilier à Frank McCourt, qui voulait exploiter une plage près de Saint-Tropez

DECRYPTAGE Le tribunal administratif de Toulon annule l’appel d’offres qui confiait à Frank McCourt la gestion d’une partie de la plage de Pampelonne, à Ramatuelle, près de Saint-Tropez

Jean Saint-Marc

— 

Frank McCourt, photographié avant un match au Vélodrome en mars 2019 (archives).
Frank McCourt, photographié avant un match au Vélodrome en mars 2019 (archives). — B. Horvat / AFP
  • Le tribunal administratif de Toulon annule la décision de la mairie de Ramatuelle de confier un bout de la plage de Pampelonne à Frank McCourt.
  • C’est une (petite) déconvenue immobilière pour le propriétaire de l’OM, qui a racheté récemment l’Epi-Plage, mythique hôtel de la jet-set tropézienne.

La plage de Pampelonne, près de Saint-Tropez, est le terrain d’un match économique et juridique à rebondissements. Frank McCourt pensait avoir remporté la manche décisive, face à Cyril Lignac et 11 autres concurrents. Mais le tribunal administratif de Toulon inflige un revers au patron de l’OM, a-t-on appris ce mercredi, confirmant une information de Var-Matin.

Les juges retoquent la décision de la mairie de Ramatuelle, qui avait choisi début décembre d’attribuer le lot numéro 23 à l’Epi-Plage, mythique hôtel de la jet-set tropézienne. Un établissement racheté en 2018 par Frank McCourt, très actif dans l’immobilier en Provence – il lorgne par exemple sur la gestion du parc Chanot, près du stade Vélodrome​.

Selon la mairie, McCourt proposait un « établissement populaire et de qualité »

La mairie de Ramatuelle était enthousiaste à l’idée de confier cette partie de plage au milliardaire américain, dont le projet « était allé au-delà des attentes de la commune », selon une source proche du dossier. Avec des matelas-parasols à moins de 20 euros et une formule restauration à moins de 10 euros, le projet McCourt était celui « d’un établissement populaire, familial, local et de qualité », selon la mairie. Mais le tribunal estime que ce marché public n’a pas été attribué dans les règles.

La mairie, dont le précédent appel d’offres a déjà été annulé par la justice, a voulu aller trop vite. « Le délai de 30 jours accordé aux candidats (…) était manifestement insuffisant et constituait un manquement de la commune à ses obligations de publicité et de mise en concurrence », écrivent notamment les juges administratifs. Ils annulent l’attribution de la plage et condamnent la mairie à verser 2.000 euros d’amende à la société Aqua Club, à l’origine de ce recours.

Le maire « en réflexion »

Sollicitée par 20 Minutes, la mairie de Ramatuelle indique que le maire Roland Bruno « est actuellement en réflexion avec ses élus pour décider de la suite. » L’édile annoncera ce jeudi soir, en conseil municipal, s’il forme un pourvoi contre cette décision ou relance un nouvel appel d’offres.